Tout Costa Rica BLOG

Itinéraires au Costa rica. Préparer son voyage grâce à 1000 expériences vécues.

Après avoir dû annuler notre voyage deux fois à cause du Covid, nous sommes partis en couple 3 semaines à la fin de la saison des pluies. Nous avons décidé de nous concentrer sur la partie ouest du pays afin de ne pas passer notre séjour sur la route et nous avons évité les principaux sites touristiques.

24/11 : Nous sommes arrivés à Alajuela en fin de journée. J'ai retiré un peu de dollars au distributeur de la salle d'attente des bagages. Nous avons été récupérés par la navette de l'hôtel Pierre aéroport où nous avons dormi. L'hôtel était basique, le petit déjeuner-minimaliste et l'insonorisation inexistante mais convenait pour une nuit, était très proche de l'aéroport et pas cher.

25/11 : Nous avons eu un briefing le lendemain matin où nous avons appris les règles de conduite au Costa Rica, eu quelques renseignements pratiques et un contact de guide. Pour le reste, j'avais bien préparé l'itinéraire et donc je n'ai pas eu beaucoup de conseils supplémentaires. Notre voiture de location a été apportée directement à l'hôtel. Nous avons été surclassés et avons eu un Toyota Rav4 4x4, récent et très propre.

Nous sommes allés changer nos euros contre des dollars et des colones dans une banque d'Alajuela. Il y avait beaucoup d'attente, ça nous a pris au moins 1 heure.

Nous sommes enfin partis vers notre première destination Bagaces vers 11h. Nous avions pour projet de passer quelques heures aux cascades Llanos del Cortes mais vu notre heure de départ et le nombre de camions sur la route, nous ne  sommes arrivés qu'à 15h45 et la cascade ferme à 16h... Quitte à être arrivés jusqu’ici nous avons quand même payé l'entrée (4 dollars par personne il me semble). Il y a un parking pour garer la voiture, quelques vendeurs de souvenirs qui étaient en train de plier bagages puis un petit chemin pour arriver à la cascade. Elle est très jolie avec une petite plage devant pour se baigner mais nous n'avons pu y rester que quelques minutes.

Nous sommes arrivés à notre hôtel Luna del Llano juste à côté de la cascade, accueil très chaleureux, petite piscine très agréable et restaurant sur place, petit prix. Il a plu toute la nuit.

26/11 : Nous sommes partis tôt pour arriver au parc Palo verde peu après l'ouverture. Nous devons payer l'entrée en CB (12 dollars par personne) et les gardiens ont pu appeler un guide pour faire une ballade en bateau sur le Rio Tempisque. Ce jour là, le parc n'était accessible qu'aux 4x4 et une partie de la route était fermée à tous les véhicules à cause des dernières pluies qui avaient rendu les chemins très boueux. Nous avons très vite constaté la 1ère limite de notre voiture : la garde au sol ! Lorsque nous entrons dans le parc, il y a encore 8km de trajet à faire pour arriver aux premiers sentiers et la piste était vraiment très endommagée avec trous et pierres, nous roulions très doucement et entendions régulièrement le dessous de la voiture frotter au sol.

Nous avons parcouru un premier sentier : anti-moustique et habits longs obligatoires, nous nous sommes faits dévorer et vu aucun oiseau. Nous avons ensuite rejoint le guide pour le tour en bateau. Nous avons payé 40 dollars par personne pour un tour d'un peu plus d'une heure, vu quelques oiseaux, des crocodiles mais le guide ne nous expliquait pas grand chose (uniquement en espagnol). A noter que la rivière drainait beaucoup d'alluvions mais aussi beaucoup de plastique !

Bilan mitigé pour ce parc : beaucoup de moustiques, peu d'animaux, temps de trajet long pour arriver aux sentiers et tour en bateau avec un très mauvais rapport qualité prix. Les paysages sont tout de même très beaux, nous étions seuls, le chemin pour arriver au parc est beau et donne un bon aperçu du Costa Rica rural et on y a vu presque autant d'oiseaux que dans le parc en lui même. L'expérience aurait sans doute été différente avec un temps plus sec et un autre guide.

Nous nous sommes mis en route vers 13h pour partir vers Samara. Et là sur l'autoroute, un tico nous fait de grand signes et nous dit de nous garer. Nous sortons immédiatement et nous rendons compte que nous avons un pneu à plat ! Nous ne nous en étions pas rendu compte en roulant et la voiture n'a rien indiqué. Nous changeons la roue mais nous n'avions qu'une roue galette et nous étions inquiets car nous ne connaissions pas l'état de la route pour arriver à Samara et que si nous devions refaire des pistes comme nous avons eu le matin, ça n'aurait jamais été possible avec une roue galette. Appel à Tout costa rica qui nous rassure, la route est asphaltée jusqu'au bout, ouf !

Avec ces péripéties, nous arrivons à Samara alors que la nuit tombe, le centre ville est très animé (c'est samedi soir). Nous allons directement à notre hôtel Pequeno Gecko verde qui est excentré, il se met à pleuvoir, la route est complètement défoncée sur les derniers 100m avec des gros trous remplis d'eau. Nous avons peur pour notre petite roue mais non arrivons entiers. Fatigués par cette journée assez éprouvante, l'hôtel nous fait livrer les plats que nous mangeons dans notre bungalow.

27/11 : la pluie n'a pas cessé de la nuit et ne va pas s'arrêter de la journée. Nous décidons quand même de sortir faire un tour avec nos imperméables (nous n'avons pas envie de prendre la voiture aujourd'hui) et nous voyons nos premiers singes sur des fils électriques. Le village de Samara est touristique, beaucoup d'agences d'activités en tout genre. La plage est belle malgré la pluie, nous mangeons dans un resto de plage. La pluie se calme dans l'après-midi, nous décidons d'aller à une "playa secreta" indiqué par l'employé de l'hôtel à 10 minutes à pieds, il nous indique le chemin nous voyant partir en maillots de bain et tongs, nous déchantons rapidement : le chemin est très escarpé, glissant à cause de la boue et très raide ! Nous arrivons à une petite plage en effet déserte mais avec des vagues très fortes donc non baignable ! Nous rentrons sans nous être baignés, mon conjoint avec une tong cassée et les pieds plein de boue ! Nous profitons de la belle piscine, c'est plus sûr !

28/11 : après un bon petit déjeuner, nous partons faire réparer notre roue à la station service de Samara, c'est fait en 10 minutes pour 7 dollars. Le soleil est revenu, le temps est magnifique. Nous partons à playa Carillo, superbe plage bordée de palmiers, pas de vague, eau chaude, presque déserte. La journée s'annonce meilleure.

Nous partons pour un petit village à 1h au sud de Samara. La route pour y aller n'est pas très facile mais très belle, rurale. Le village est très calme, il y a un très bon restaurant (même si un peu cher). Nous passons le reste de la journée à nous promener, aucun touriste aux environs.

Le soir, nous allons tenter de voir une ponte de tortue. Nous sommes seuls avec notre guide (ne parle qu'espagnol) à notre arrivée puis surprise des cars de touristes arrivent ! Nous sommes une cinquantaine sur la plage. Une tortue arrive. Mais, aucune autre après elle donc nous sommes 50 autour de cette tortue qui fait son pénible travail. Nous restons environ 2 heures à attendre qu'elle trouve l'endroit pour faire son nid, creuser et commencer à pondre. Dire que le lendemain, les coatis viennent sur la plage manger leurs oeufs ! Une belle expérience mais qui faisait un peu tourisme de masse ce jour-ci. Notre guide nous a dit que le lendemain, il y a eu 3 tortues sur la plage et presque pas de touristes donc nous sommes peut-être mal tombés.

29/11 : journée tranquille, nous nous promenons dans les environs

30/11 : nous partons de bonne heure pour aller dans un centre de réintroduction des Ara à Punta islita. Nous ne pouvons pas aller voir les aras en captivité pour ne pas les déranger mais une personne nous accueille, nous explique le fonctionnement du centre, l'évolution de la population des aras et la destruction de leur habitat naturel pour la monoculture d'ananas pour l'exportation avec les pesticides qui vont avec. Nous attendons pendant ce temps l'arrivée des aras fraîchement relâchés qui sont nourris les premiers temps. Ils ne seront que 2 aujourd'hui mais nous ne sommes que 4 donc nous pouvons les voir de près. Nous avons vu beaucoup de aras durant le reste de notre voyage mais cette expérience nous a permis de mieux les comprendre et d'aider une association qui fait un travail de réintroduction formidable.

Nous partons ensuite direction Curu. Nous passons par des petites routes par le centre de la péninsule de Nicoya, la route est très belle mais escarpée et nous constatons la 2ème limite de notre voiture : sa faible puissance, nous avons du mal à monter certaines côtes et sommes obligés de repasser en 1ère très souvent.

Nous logeons dans la réserve. Nous sommes seuls. Les logements sont très rustiques, il faut réserver son repas si on souhaite le prendre sur place mais la belle plage est déserte et nous avons les sentiers uniquement pour nous jusqu'à la tombée de la nuit et dès le lever du jour. Nous voyons pas mal d'animaux, surtout le soir. Les sentiers sont boueux mais faciles et sympas.

01/12 : journée de transfert, nous prenons le ferry pour Puntarenas. Nous n'avons pas pu payer en ligne avec notre carte mais nous n'avons pas eu de problème à avoir une place sur le bateau en arrivant 1h30 avant le départ. Il faut commencer par prendre un ticket auprès d'une personne en bas de la file de voiture puis aller payer aux caisses. Puis direction Uvita, la route panaméricaine roule bien.

Nous logeons à l'Hacienda Baru, très bel endroit, restaurant sur place et belle piscine.

02/12 : Nous parcourons les sentiers de l'Hacienda. Nous voyons quelques oiseaux mais il doit y en avoir plus quand il ne pleut pas. Les chemins sont faciles.

Nous partons en fin de matinée pour Uvita. Nous arrivons à Uvita, très peuplée et les abords du parcs sont remplis de pièges à touristes avec des rabatteurs pour des parkings privés hors de prix. L'entrée du parc est payante. Nous n'étions pas emballés du tout par l'ambiance et nous savions que notre hôtel (Ballena Paraiso) se situait sur les hauteurs avec une belle vue sur la queue de la baleine et une belle piscine nous avons préféré y aller. La sortie de la nationale pour arriver sur un petit chemin en montée très raide et avec des trous a été une épreuve pour nous et la voiture mais le logement était très bien. Pas de petit-déjeuner mais nous avions un frigo et un balcon donc nous l'avons pris sur place.

03/12 : Nous étions contents de quitter Uvita pour repartir dans un endroit moins touristique : la péninsule d'Osa. Nous avons choisi d'aller à Drake par les pistes. Nous avons mis 2h pour parcourir les 30 kms de pistes. Les 10 derniers kms ont été une nouvelle épreuve pour la voiture, même à l'arrivée au village, les routes sont très accidentées. Nous avons cru arracher notre pare-choc arrière dans un trou qui prenait toute la largeur de la route juste avant l'arrivée. Si nous avions su, nous aurions pris le bateau à Sierpe. D'autres l'ont fait en SUV, ils ont eu encore plus de mal que nous alors que d'autres qui avaient un pick up avec une garde au sol plus haute ont trouvé ça facile (ils avaient eux aussi crevé avec leur séjour mais avaient une roue de secours normale).

Nous avions choisi la Finca Maresia, hôtel excentré du bourg de Drake qui est bruyant et ne présente que peu d'intérêt à part les bureaux des agences de tourisme. Nous étions dans un bungalow très confortable dans un beau jardin avec plein d'oiseaux, nous avons beaucoup aimé.

04-05/12 : overnight à la Sirena. Notre meilleure expérience du séjour, notre guide était super et parlait français, nous n'étions que 3. Nous avons vu des dizaines d'animaux pas farouches, c'était formidable. Le fait de rester une nuit nous a permis de visiter le parc plus en profondeur et de prendre le temps de chercher le fameux tapir. Nous avons payé 430 dollars par personne ce qui est cher mais nous avons préféré prendre des hôtels moins luxueux et faire cette activité.

Prévoir des boules quies pour le dortoir. Il a pas mal plu et nous étions trempés, il faut prévoir des habits de rechange car rien ne sèche.

06/12 : Randonnée de Drake à playa San josecito (très belle plage, eau calme et chaude), très beau chemin, prévoir la journée. Il y a un rio qu'on ne peut passer à pieds qu'à marée basse mais il y a quelqu'un avec une barque qui fait la traversée. 

07/12 : Direction l'autre côté de la péninsule d'Osa pour arriver à la Palma. Certains trous avaient été rebouchés en 3 jours donc la piste a été un petit peu plus facile pour ce trajet. 

Nous étions au Danta Corcovado Lodge, notre logement le plus cher du séjour. Nous étions dans un bungalow entouré de jungle dans une réserve parcourue de sentiers avec plein d'oiseaux, le restaurant était très bon et le personnel très serviable.

Nous avons cependant fait une visite guidée de nuit avec leur guide que nous avons moins aimée. Nous étions 7 + le guide en file indienne sur les petits chemins boueux autour du restaurant de l'hôtel, autant dire que les derniers n'entendaient et ne voyaient rien. Nous avons vu quelques grenouilles mais ça n'a pas été extraordinaire.

Nous avons beaucoup aimé le village de la Palma, pas touristique, une très belle plage d'eau calme et très chaude. Nous avons pu y voir des paresseux, des aras et des amazones. Il y a de bons petits restaurant au bord de la plage.

08/12 : Nous avons profité des sentiers de notre logement, de la plage puis avons été visiter la finca Kobo. Le propriétaire passionnant, nous a fait visiter son jardin avec de nombreuses plantes. Nous avons terminé le tour par une très bonne fondue au chocolat avec des fruits. Par contre, nous vous attendez pas à découvrir une vraie production de chocolat. Ils nous a expliqué en faire moins maintenant et s'orienter plutôt vers la culture de vanille.

10/12 : Nous avons été passer la journée à Puerto Jimenez, petite ville plus peuplée où nous avons pu trouvé une jolie petite boutique de souvenirs près de l'aéroport. Nous avons également été à une plage (playa plataranes) et alors que nous recommencions à nous habituer aux routes et chemins praticables, nous avons de nouveau dû emprunter une piste très difficile de quelques kilomètres mais qui nous a paru extrêmement longue. 

Nous avions réservé un tour de kayak pour voir la bioluminescence. Nous avons été très déçus par ce tour : rdv à 16h30 puis nous partons en kayak sur une plage voisine (15 minutes de kayak), avons attendu que la nuit tombe sur une (plage qui n'était pas baignable vu le vent) pendant au moins 40 minutes que la nuit tombe. Pendant ce temps le guide nous expliquait comment casser une noix de coco et nous a donné un morceau d'ananas... Quand la nuit était bien noire, nous avons pu enfin voir le plancton bioluminescent (bien loin de ce qu'on peut voir en photo sur google mais nous le savions). Il y avait une mise en scène avec des draps de 2 couleurs différentes. Puis nous sommes rentrés en 15 minutes de kayak. J'ai bien aimé voir la bioluminescence mais nous avons passé beaucoup plus de temps sur la plage à attendre plutôt qu'à vraiment faire du kayak tout ça pour 40 dollars par personne incluant une réduction TCR, le rapport qualité prix n'y était pas.

11/12 : Nous sommes partis le lendemain pour San Gerardo de Dota. La route était bien hormis la dernière portion où il y avait un brouillard à couper au couteau et la voiture n'avait pas d'anti-brouillards donc nous avions très peu de visibilité. Nous sommes passés de 28 à 12°en 3 heures de temps. Nous avons logé chez Myriam Quetzal, deux soeurs très accueillantes qui ont un soda et des cabinas. Nous savions que les logements étaient rustiques mais nous n'avions pas compris à quel point. Le jour passait à travers la porte et le chauffage était un simple radiateur soufflant. Nous avons eu très froid dès que le soleil s'est couché. Nous n'avons par contre pas eu froid sous les couvertures. Nous avons également été déçus par le restaurant, c'est la seule fois que je n'ai pas fini un plat.

12/12 Nous avions rendez-vous à 5h avec un guide pour voir le quetzal. Nous sommes en fait restés au bord de la route à un point stratégique en attendant l'oiseaux qui est arrivé très rapidement, nous avons également vu d'autres oiseaux et même des coyotes. Il y avait avec nous d'autres groupes plus importants venant d'autres hôtels mais ils sont partis avant nous.

Nous avons ensuite continué par un tour plus général sur les oiseaux avec le même guide qui nous a emmené plus bas dans la vallée sur un chemin menant à une cascade. La ballade était belle, nous avons cependant vu moins d'oiseaux qu'au bord de la route.

Nous sommes restés manger en bas de la vallée où il faisait plus chaud.

13/12 : Nous sommes partis dès le petit déjeuner pris pour retrouver des températures plus clémentes en vallée d'Orosi.

Nous aurions certainement mieux profité de cette étape si nous avions pris un logement certes un peu plus cher mais un peu plus isolé en bas de la vallée et qui a des sentiers privés (ceux chez Myriam étaient très pentus).

Nous sommes allés à Cartago pour visiter la basilique, nous nous sommes arrêtés à des miradors, visiter les ruines d'Ujurras et avons fait la visite d'une plantation de café à Orosi. Il n'y a pas de parc national très faunique dans cette région mais c'est intéressant de voir aussi comment vivent les locaux dans un environnement plus agricole.

Nous logions à l'Orosi lodge très charmant et confortable avec une jolie boutique de souvenirs. Nous avons aimé la petite ville d'Orosi qui est très authentique.

14/12 : dernier jour, le vol est retardé de 2h à cause de la météo en France. Nous avons visité l'église d'Orosi, fait un arrêt rapide au barrage de Sarchi puis nous sommes mis en route pour l'aéroport.

Nous avons rendu la voiture sans encombre malgré les plastiques sous la voiture qui étaient abîmés. Nous avions peur qu'y laisser notre caution mais la personne a jeté un coup d'oeil rapide à la voiture que nous avions fait laver avant de la rendre ce qui donnait une impression de bon état.

Pour résumer nous avons beaucoup aimé notre voyage, les habitants ont toujours été très accueillants et serviables. La faune était extraordinaire. Nous étions seuls ou presque sur la majorité de nos destinations ce que nous avons beaucoup apprécié. Nous avons bien mangé pendant tout notre séjour, il est possible de manger autre chose que du riz et des haricots et même dans les sodas pas chers du tout.

Nous étions à la fin de la saison des pluies qui malheureusement s'est prolongée plus longtemps qu'à son habitude. Les averses en elles-mêmes ont un peu perturbé notre séjour mais pas significativement mais c'est surtout qu'elles rendaient les routes très difficiles dès qu'elles n'étaient pas goudronnées (elles sont réparées chaque année mais ne l'étaient pas encore lors de notre séjour). Nous étions donc très souvent inquiets (crevaisons ou arracher les plastiques) pour la voiture qui n'était pas adaptée aux chemins que nous voulions prendre. 

Il faut bien être conscient également que les ticos ne sont pas plus écolos que les français : certes il y a beaucoup de forêt et une volonté de préserver la faune sauvage mais il y a énormément de plastiques sur les plages (on le voit dès qu'on est sur une plage non touristique et qui n'est donc pas nettoyée), nous avons vu des étendues de cultures de palme à perte de vue et ce même dans les profondeurs de la péninsule d'Osa (d'autres touristes nous ont dit avoir vu la même chose avec les ananas et les bananes dans d'autres endroits). Nous ne pouvons pas leur jeter la pierre car nous avons la même chose en France mais la réputation de pays hyper écologique est un peu surfaite.

Pour la monnaie, nous sommes partis avec pas mal d'euros que nous avons changés facilement mais nous avons dû compléter avec des retraits sur place. Nous avons eu beaucoup de frais bancaires à chaque fois et nous n'avions pas la possibilité de retirer des dollars dans les distributeurs. Nous avons pu tout payer en colones sans problème. Il n'y a qu'au Danta Lodge que nous avons eu un taux de change très en notre défaveur pour un montant qui était en plus important. De plus, ma CB (mastercard gold) ne marchait pas à chaque fois sans savoir pourquoi alors que celle de mon conjoint (mastercard également) marchait. Le mieux selon nous, est donc de venir avec beaucoup d'euros et d'essayer d'avoir des colones et des dollars.

Nous reviendrons sûrement un jour faire la partie est et vallée centrale mais nous prendrons un pick up cette fois !

N'hésitez pas à demander si vous avez besoin de renseignements pour votre prochain voyage !

Laetitia

Vues : 797

Commenter

Vous devez être membre de Tout Costa Rica BLOG pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Tout Costa Rica BLOG

Commentaire de Laetitia Marquant le 9 janvier 2023 à 6:18

Bonjour,

J'ai noté dans le compte rendu les différents endroits où nous avons logé. Nous avons globalement été contents de tous nos logements, certains étaient rustiques mais c'était annoncé donc pas de surprise.

En ce qui concerne, notre étape après Samara, je vous laisserai poser la question sur le forum car c'est grâce à l'agence Tout Costa Rica que j'ai eu le contact.

Nous étions partis avec 2500 euros et nous avons dû tirer environ 1500 euros sur place.

Commentaire de Bonnet le 9 janvier 2023 à 3:58

Pouvez-vous me dire le nom du petit village a 1h au sud de Samara? Merci

Cécile

Commentaire de Bonnet le 9 janvier 2023 à 3:56

Bonjour Laetitia,

Je viens de lire votre retour d'experience sur le Blog et ca ne me rassure pas du tout.

Nous partons en couple dans 15 jours pour 10 jours et l'idée pour nous est de découvrir le pays sans forcément faire toutes les "attractions". J'ai l'impression qu'éviter les endroits touristiques va être notre objectif . Quand vous parlez de beaucoup de dollars vous pouvez préciser? Par jour pour vous deux cela représente environ combien? Pourriez vous me donner quelques adresses d'hébergements convenables dans lesquels vous avez  logé?

Je vous remercie

Cécile

Devis en ligne gratuit et sans surprise !

GPS, 2nd conducteur, kilométrage illimité, assistance 24h/24h et assurance tous risques avec franchise OFFERTS !

Découvrez le livre de Pierre !

Discussion Forum ToutCostaRica

© 2023   Créé par ToutCostaRica.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation