Tout Costa Rica BLOG

Itinéraires au Costa rica. Préparer son voyage grâce à 1000 expériences vécues.

Séjour magnifique et ressourçant en Mars 2022

Cela fait déjà plus de 6 mois que nous sommes rentrés de notre magnifique voyage de 3 semaines et demi au Costa Rica. Nous avons bien profité des bons plans de Pierre et de son équipe ainsi que des nombreux conseils trouvés sur le blog+++

Il est donc largement temps de faire un compte-rendu et de contribuer au partage d’informations !

Nous sommes un couple de 57 et 59 ans, aimons surtout la faune (mammifères et oiseaux) la flore, les randos, le snorkeling.
Nous avons failli annuler ce voyage en raison d’une sciatique survenue 15 jours avant le départ me clouant au lit pendant près de 10 jours et dont l’amélioration n’était que très partielle … Ne voulant pas renoncer à ces vacances que nous avions préparées pendant plus de 3 mois, nous sommes partis comme prévu début mars en emportant beaucoup de médicaments… et en adaptant notre programme! (annulation du rafting sur le Rio Savegre remplacé par un séjour à l’Hacienda Baru, adaptation de la taille des randonnées et augmentation du temps en piscine pour détente corporelle. )
Résultat : Ma sciatique a guéri en quelques semaines et nous avons énormément profité de ce voyage. 😊


Nous avons aimé toutes nos étapes+++
A refaire, nous resterions: 
une nuit de plus au parc Curu (nous avons adoré!),  une nuit de plus à l’Hacienda Baru (super!) , une marche de 3 jours dans le Corcovado (au lieu d’une demi journée) et quelques nuits de plus à l’ouest de la péninsule de Nicoya (Playa Carillo pour la baignade et "petit secret" de Pierre pour aller voir les tortues.)

Nous avons été un peu déçus par Manuel Antonio, beaucoup trop de monde+++(Ce n’était pourtant pas un week-end), et pas autant d’animaux qu’esperé. Même si les plages sont superbes et que la visite avec Estelle en français à Manuel Antonio était intéressante, j
’ai souffert d’un coup de chaleur (Attention sur la côte Ouest en Mars . Plus de 30 degrés - beaucoup boire+++. L’eau est potable, on peut recharger les gourdes).
Si nous devions gagner du temps sur notre itinéraire, nous sauterions l’étape de Quepos. (Beaucoup moins bien que le Corcovado)


Nous avons beaucoup profité de la carte Bons plans TCR (Surtout pour les activités+++, beaucoup moins pour les hôtels – En effet : Pour les hôtels, initialement, nous avions cherché à réserver directement avec la réduction TCR, mais ça a été difficile avec nécessité de payer immédiatement, ou de passer par un site où on n’avait pas la possibilité d’obtenir de réduction… Finalement à quelques exceptions près, nous sommes passés par booking avec des possibilités d’annulations gratuites et des réductions/ promotions parfois plus avantageuses.)



Voici le détail de notre parcours :
Désolée pour la longueur du journal. C’est à la hauteur de l’intensité des souvenirs que ce voyage nous a laissé !
Peut-être y puiserez-vous quelques infos qui vous intéresseront…

Samedi 5 mars : Paris - Alajuela

Décollage Roissy . Vol Air France . (Quasi 12h ) - Retard de la navette que l’on attend plus de 45 mn. On arrive ensuite rapidement à l’hôtel Margarita++ « Pierre Détente ») à 20:00 (04:00 du matin pour Paris)- Margarita est adorable - grande chambre coquette et confortable.

Dimanche 6 mars : Alajuela - La Fortuna
Après le petit dej, Briefing à 7:30 avec Charlotte. Elle nous aide à régler le rendez-vous pour une visite (Batsu Garden) pour laquelle nous n’avions pas obtenu de réponse par mail et dispense de nombreux conseils.
On récupère le 4x4 réservé avec Pierre vers 10:30 (Nous sommes plusieurs couples avec le même loueur et la récupération de la voiture a pris environ une heure par contrat!). La voiture est très bien, quasi neuve (un an) confortable avec de très bons amortisseurs++ (ouf pour ma sciatique !).

En route pour La Fortuna, on s’arrête sur le bas côté pour faire traverser la route à un paresseux afin qu’il ne se fasse pas écraser…Super premier contact avec la faune du Costa Rica!
A la Fortuna, (étape que l’on a déjà faite en mars 2020) installation hôtel Bijagua++. (Reduc booking 25%, du coup Bon rapport qualité prix) Déjeuner à côté, au Red Frog Coffee Roaster. (Pas mal).
Nous avions prévu une rando l’après-midi sur le sentier 1968. Mais pour permettre à mon dos d’encaisser les km, on allège le programme qui se transforme en balnéothérapie dans la petite piscine, très bien même pendant une petite averse!
Le soir, dîner au soda Los Rodriguez++, simple, mais bon et pas cher. Ambiance sympa avec la déco confectionnée de mots que les touristes peignent sur des plaques de bois. Nous avons donc aussi laissé le notre.

Lundi 07 Mars - La Fortuna -Arenal
Petit dej à 6:30 au Red frog coffee roaster. (Pas mal)
On se rend à pieds au Bogarin trail (entrée sans guide 15S/pers) . Le parc nous a beaucoup plu. Il n’est pas très grand mais nous étions très peu nombreux vers 7:30 et avons vu tous seuls des tangara à croupion rouge, 3 paresseux +++ dont deux en mouvement tout près du sentier, un Martin pêcheur à ventre roux, des ortalides à tête grise et bien d’autres oiseaux (les noms des oiseaux ont été retrouvés a posteriori d’après mes photos grâce au précieux livre « the birds of Costa Rica - Richard Garrigues et Robert Dean ») et un superbe motmot à bec caréné à 1,5m du sentier (celui-là montré par un autre promeneur). A partir de 9:30/ 10:00, il faisait chaud, il y avait plus de monde et on ne voyait plus beaucoup d’animaux, sauf quelques oiseaux à l’entrée du parc, (Les propriétaires du parc laissent des fruits à la disposition des oiseaux ce qui en fait venir quelques uns!) Nous avons tout de même continué à nous balader un peu, à l’ombre des arbres.
Déjeuner au Soda El Viquez. +++ : Super! Accueil chaleureux, ambiance typique des sodas Costa ricains, très bonne « cuisine maison » et un des meilleurs rapports qualité prix du voyage!
L’après-midi, on le passe dans les piscines chaudes du Volcano lodge+++. (Booking avec réduction.) La chambre étant prête plus tôt, nous avons pu faire le Check-in vers 14:00 au lieu de 16:00. Nous avons eu les piscines pour nous tout seul une bonne partie de l’après-midi. Super détente ! Mon dos a beaucoup apprécié les bains bouillonnants. Quelques oiseaux dans le parc de l’hôtel et « cocktail happy hour » siroté dans le jacuzzi.
Pour dîner, on est sorti dîner à la « Chifa la famiglia Feliz » +++, un excellent restaurant péruvien! Nous avons découvert une cuisine moderne, très goûteuse et originale qui changeait des casados, plus cher qu’un soda mais bon rapport qualité -prix.

Après le dîner, nous profitons à nouveau d’une heure de relaxation dans les piscines chaudes. Nous sommes à nouveau quasi seuls !

Mardi 8 Mars : Arenal - Santa Elena à Monteverde
Le matin, tant pis pour l’excursion prévue ce matin au parc Arenal, nous décidons à nouveau de profiter des piscines de l’hôtel. Les autres clients ayant manifestement préféré d’autres attractions, nous sommes à nouveau seuls pendant 3 heures dans les différentes piscines chaudes et fraîches, profitant des massages (par les bulles ou les jets d’eau), de la faune (nombreux oiseaux) et de la flore du parc. Ces 24h « détente » m’ont fait beaucoup de bien. La sciatique me gêne de moins en moins. (Pour nous, le Volcano Lodge a été une super attraction! Parfaitement rentabilisée- Il y a 2 ans nous avions dîné au resto du Volcano lodge Il était bon mais vraiment hors de prix! C’est pourquoi nous avons choisi de dîner en ville. Le petit dej compris avec la nuit est très copieux et très bon. Les chambres de l’hôtel mériteraient un rafraîchissement mais grandes et confortables. Hôtel intéressant avec réduction)
Vers 10:30, nous prenons la route vers Santa Elena.
Déjeuner au Café y macadamia++ sur la route (parking gardé 😊 ), très touristique! ( Un peu « usine »), mais bien organisé, rapide, cuisine correcte et superbe vue sur le lac.

2 Nuit à Santa Elena au Rainbow Valley Lodge++ (bungalow bois et pierres dont la terrasse offre une magnifique vue sur la forêt de Monteverde)
On se repose une heure sur la terrasse en dégustant un café offert par le propriétaire. (La sciatique oblige à prendre le temps. On visite moins de choses que prévu mais on profite…Je crois que c’est ce qu’on vient chercher au Costa Rica : Pura Vida!)
A 17:30 on retrouve Rafael à El Refugio. Guide en français passionnant (contacté suite aux précieux conseils de Pierre). Il nous fait faire un tour de nuit+++ avec 8 autres touristes français. On apprend beaucoup de choses sur les insectes (phasmes, lucioles, « scarabées clic » …), mais aussi migales (il nous en montre deux à moitié cachées dans des anfractuosités), un scorpion phosphorescent, un serpent en haut d’un arbre, une grenouille, des oiseaux (toucans et toucanet) dans leur nid. Rafael prend des photos avec sa lunette télescope puis nous les envoie le soir même sur WhatsApp! Un must!

Mercredi 9 Mars : Monteverde.
Pendant le petit déjeuner sur la terrasse avec vue sur la forêt, un coati vient « nous rendre visite ». Il passe à un mètre de nous, nous ignorant complètement et cherche manifestement de la nourriture au pied des arbustes qui nous entourent. On continue à profiter…
Nous partons au Sanctuario Ecologico - Réduction TCR (Attraction sympa mais pas indispensable si on a peu de temps) pour une balade dans la forêt. Nous sommes quasi tout seul dans le parc (seulement une autre touriste croisée). Belle promenade, mais peu d’animaux vus (deux écureuils et quelques oiseaux). Il fait tellement chaud et sec que le brouillard n’existe pas et nous n’avons pas la sensation de « forêt de nuages » mais du coup, jolies vues en bord de falaise.
Vers 11:30, nous partons pour le « bat jungle » Il y a quantité d’explications sur la vie de ces mammifères volants (chauve-souris), et surtout une grande salle plongée dans l’obscurité où l’on peut les apercevoir voler derrière une vitre , se suspendre et se nourrir de fruits et de nectar. (C’est original et très intéressant+++) La guide est très gentille et passionnée. Bien que nous ne prenions pas le ticket pour la visite guidée en anglais, elle nous donne de nombreuses explications. Je recommande vraiment cette activité à tous ceux qui souhaitent comprendre un peu ces mammifères et leur rôle indispensable à notre planète. (C’est très peu cher avec reduc TCR et c’est très intéressant)
Déjeuner au Sabor Tico++, très bien.
Puis, visite du jardin d’orchidées ++ avec Alvaro, le créateur du jardin et jardinier passionné de ces fleurs (visite 2/3 en français et 1/3 en anglais), excellent moment. (Il y a toujours plusieurs variétés d’orchidées en fleurs quelque soit la saison).
Puis, nous allons au « Ficus La Raiz trail», un court sentier (5 mn - gratuit ) qui permet de descendre en fond de vallée voir un ficus géant dont la racine principale forme un pont au-dessus de la rivière : jolie curiosité.
Retour à l’hôtel pour repos sur la terrasse. Observation de vols de toucanets au dessus de nous.
Dîner au Marisqueria Manolo’s,(++ soda qui ne paye pas de mine, mais très bon ceviche de poisson et de crevettes, ainsi que gambas grillées à l’ail).

Jeudi 10 mars : Santa Elena - Nosara
Check out et Bagages laissés à la réception de l’hôtel.
A 8:00: parc Curi-Cancha +++ ( Réduction TCR ) avec à nouveau Rafael+++ (à notre avis incontournable) visite très complémentaire de la précédente. (Rafael imite les cris des oiseaux pour les attirer, c’est génial!) Toucan à carène (bec arc en ciel), tatoo (le seul de notre voyage), quetzal mâle et quetzal femelle observés de plusieurs points de vue pour bien les admirer (seuls de notre voyage aussi), ainsi que de nombreux autres mammifères et oiseaux…
Et toujours les envois de photo sur WhatsApp. 😍 
Certaines sont meilleures qu’avec mon 400mm car + de luminosité!.
Puis vers 11:15, départ direct sur Nosara après avoir récupéré nos bagages.
Nous nous arrêtons pour déjeuner au Soda Cevichito +++ (excellente surprise. Un de nos coups de cœur). Petit soda à l’entrée de la péninsule de Nicoya, fréquenté uniquement par les ticos, vaisselle type camping mais le ceviche, spécialité de la casa est très frais et absolument excellen t! De même que le riz aux crevettes, boisson: sirop de tamarin bien glacé rafraîchissant. Le tout pour un prix dérisoire.

Nous poursuivons par deux heures de route, sur une belle route d’abord, puis sur une route complètement défoncée qui se termine en piste. La piste nous paraîtra toutefois plus confortable que la route précédente aux profondes ornières. Nous arrivons alors à Nosara, à la villa Mango +++. (Un de nos hôtels coup de cœur), accueillis en français par Agnès. Notre chambre est grande avec une salle-de-bain magnifique, ouverte sur la forêt.
J’aurais probablement dû me reposer à la piscine suite à la balade du matin et la route de l’après-midi cela m’aurait permis de passer une meilleure nuit. A la place, nous sommes partis à pieds profiter des couleurs du soleil de fin d’après-midi sur l’estuaire puis nous avons continué la rando vers playa Nosada et playa Pelada. Le paysage est superbe. Nous nous trempons les pieds et admirons le coucher du soleil dans l’eau.
Nous allons ensuite dîner au Pepperoni ++ un restaurant conseillé par Agnès. Ce sera une très belle découverte nous avons partagé un tartare de thon cru (d’énormes dés de thon rouge avec avocat et mangue) et un carpaccio de thon (avec des tranches épaisses comme des escalopes) superbe! Avec 2 excellentes pina colada.
Bonne détente dans l’agréable piscine de la Villa Mango avant de se coucher. Malgré la baignade, les antalgiques, le confort de la chambre… la nuit fut pour moi particulièrement difficile, hachée, douloureuse et courte…Maudite sciatique !

Vendredi 11 mars : Nosara - Playa Carillo
Nous partons de l’hôtel à pieds à 6:30. Nous avons RDV avec une guide trouvée sur internet : Gabriela, pour une excursion de 4 heures consistant en un tour à pieds de 2 heures proche de la réserve de Nosara puis un tour de 2 heures de Canoë. La visite est en anglais (ou allemand ou espagnol mais pas français). Bon, nous sommes seulement deux avec Gabriela et nous apprenons beaucoup de choses sur la flore locale (arbre à kapok, arbre à « papier de verre », Carao, un un arbre à jolies fleurs roses…). Nous voyons beaucoup de beaux oiseaux (trogons jaunes, trogons rouges que l’on observe voler d’un arbre à un autre autour de nous pendant 10 mn, 2 types de martin-pêcheur , …) et des singes hurleurs qui se battent dans un figuier. Puis on glisse doucement en canoë à travers la mangrove (la noire, et la blanche que Gabriela nous apprend à reconnaître) à la rencontre des aigrettes et des hérons de différentes sortes. C’est très paisible. Cette communion avec la nature est bien ressourçante. La sortie est facile et la sciatique me laisse un peu en paix.
La sortie avec Gabriela est très sympa si on est à Nosara++ On a été très content de la faire. Elle est moins riche en faune que celle de Monteverde avec Rafael. Mais nous y avons vu des choses très différentes!
Nous remontons prendre café et fruits qu’Agnès nous avait mis de côté même si l’heure du petit déjeuner est largement dépassé. Après avoir beaucoup discuté avec Agnès et son mari, charmants tous les deux, nous profitons de très près de quelques singes hurleurs qui mangent des fruits dans le manguier juste au-dessus de leur piscine.
Puis, après avoir bouclé les valises, que nous laissons à l’hôtel, nous partons pour playa Guiones déjeuner au restaurant « Pacifico Azul ». Cette fois, nous sommes déçus. (Le ceviche n’est pas bon, le poisson très fort, ne semble pas très frais…)
On retourne chercher nos bagages et nous partons vers Playa Carillo.

Avant Samara, nous avons le choix entre la route ou la piste. Nous préférons continuer sur la piste qui, bien que très bosselée, reste meilleure que la route goudronnée, toute défoncée, empruntée la veille. Seul problème, il faut traverser le rio Buena Vista à gué. Au début, nous restons plantés devant en nous disant que nous allons faire demi tour. Puis arrive un local qui le franchit sans hésitation, ni encombre. On enclenche le mode 4x4, on suit la même trajectoire. Parfait! (En fait, c’était la consigne donnée au briefing: « Suivre un local », Ça marche très bien!)
Nous arrivons dans l’après-midi à playa Carillo. C’est une longue et magnifique plage de sable fin bordée sur toute sa longueur de cocotiers et fréquentée surtout par des ticos qui viennent s’y détendre. (hôtel, la Puesta del Sol + « Moyen », Très très petite chambre mais pas très cher, patron sympa - La Clim a été bien appréciée compte tenue de la chaleur ++- le petit dej bon et copieux et le cocktail alcoolisé de bienvenue super!)
On file à la plage. Elle est tellement grande qu’on n’est pas gêné par les quelques personnes présentes. Le sable est très agréable et la mer délicieuse. Les vagues ne sont pas très fortes. Il est très agréable d’y nager !… On y passe le reste de l’après-midi jusqu’au coucher du soleil.
En fait, on serait bien resté 24h de plus pour s’y reposer !
Dîner au resto argentin « le Colibri » +++ Nous avons pris un menu grillade pour 2. nous avions notre mini barbecue sur notre table, c’était très original (Beaucoup trop copieux mais viande absolument excellente!!!). En revanche le verre de vin rouge est très quelconque. Il vaut mieux se contenter des batidos toujours aussi bons!

Samedi 12 Mars: Playa Carillo- Cabuya
Après le petit dej a l’hôtel, un bus de Samara Adventure est venu nous chercher pour une excursion « Océan Safari 2 in 1 +++» (reduction TCR non négligeable ).
(Dauphins + snorkling) Pour les dauphins, c’était absolument Magique! +++
On a eu la chance d’en voir une cinquantaine que l’on a suivi pendant 20 à 30 mn, suffisamment longtemps pour que chaque passager puisse se succéder à l’avant du bateau pour profiter au mieux du spectacle des dauphins filant sous le bateau et sautant juste devant. On distinguait bien 2 types de dauphins : certains de couleur uniforme gris perle et d’autres gris avec de petites taches marrons sur tout le corps.
Dans un deuxième temps, le bateau nous a amenés près d’un petit îlot rocheux pour 30 mn de snorkeling. Là c’était un peu décevant : qq jolis poissons mais pas très nombreux et l’eau était un peu trouble. En revanche nous avons vu une tortue.
Au total: excursion que nous referions avec grand plaisir pour la partie dauphins!+++

Après être repassés à l’hôtel prendre nos bagages, nous avons pris une piste dont nous avons la confirmation qu’elle est plus confortable que les routes goudronnées défoncées. À 13 h, nous faisons notre halte déjeuner au restaurant « Aroma » ++, ( Le patron est sympa et le service prévenant. Nous prenons un ceviche, très bon, et une salade de la maison, genre salade césar mais avec des filets de poulet cuits au barbecue.)
Le patron nous confirme qu’on peut passer sur la route par les gués si la marée est OK. C’est donc l’option que l’on choisit.

Quelques temps après le départ, nous arrivons à un premier gué. Aucun local n’est en vue, même après un peu d’attente. Nous nous approchons pour observer d’un peu plus près et voyons qu’en faisant une ample courbe le fond semble proche. Nous exécutons donc la manœuvre, avec succès. Mais plus loin, nous tombons sur un autre gué beaucoup plus impressionnant cette fois. Il est large et semble vraiment profond. Pas question de s’y aventurer. Pas de local en vue non plus. Nous approchons et apercevons alors, deux cents mètres plus en aval, une voiture traversant en zone peu profonde. Nous avons enfin la solution. Une moto passe aussi sans difficulté. Nous revenons donc sur nos pas et découvrons un petit chemin sinueux fraîchement taillé dans la forêt pour accéder à l’endroit. Il fallait effectivement connaître ! Arrivés, le passage paraît encore un peu impressionnant mais nous nous y lançons, confiants, et tout se passe bien.
Nous arrivons à playa Arío, et là nous suivons les traces de pneus sur le sable de la plage pendant plusieurs kilomètres entre la mer et les cocotiers. Un endroit idyllique !
Au bout de la plage, on remonte sur la piste. Nous filons ensuite en longeant la côte vers playa Santa Teresa. Il s’agit d’une station balnéaire bondée de monde (type village de surfers). Nous empruntons alors une dernière piste un peu difficile, à l’intérieur des terres, avant d’arriver à notre étape du soir, le Wild Sun Rescue Center et son hôtel le Jungle resort+++.(Booking avec surclassement- superbe) Détente dans la piscine sous de nombreux vols de aras rouges. Une biche vient boire dans la piscine ainsi que de petites poules…
Dîner au restaurant « Habitat » +++,(autre coup de cœur !, cuisine de poisson inventive et très goûteuse) Arriver tôt vers 18:00/18:30 le resto est petit et très prisé!

Dimanche 13 mars: - Cabuya -
Nous nous levons vers 6 h pour assister au réveil de la forêt (oiseaux, aras, basilic... ) à partir d’une terrasse en hauteur (au-dessus de notre chambre). Superbe!

Nous avions prévu d’aller faire la randonnée du parc Cabo Blanco aujourd’hui. Cependant, rando de plus de 10km, importants dénivelés, avec la chaleur actuelle, ce n’est pas encore compatible avec ce que je peux faire avec la sciatique. Aussi, nous transformons le programme en visite du centre (explications intéressantes) puis en détente à la Playa Los Cedros, recommandée par l’hôtel pour se baigner: petite anse rocheuse fréquentée par les ticos. La mer est bonne bien qu’un peu agitée.

Nous assistons aussi à des défilés de pélicans en escadrille, à des vols de frégates, à la pêche d’un pélican qui fait des piqués dans l’eau, et à la pêche au lancé de filets par plusieurs ticos. Encas au « Soda Tipica Las Palmeras ». (Correct). Puis nous allons à la playa Cabuya. La marée descend et l’on peut commencer à accéder à pied à l’île Cabuya. À l’aller, nous avons de l’eau aux genoux, et au retour l’eau n’arrive plus qu’aux chevilles. (La ballade, pieds dans l’eau avec chaussures de piscine est amusante++ Certains la font pieds nus mais là, c’est difficile, certains cailloux sont pointus et d’autres glissants…) Sur l’île, nous découvrons un cimetière coloré, mais déception, il y a peu d’oiseaux. Retour à l’hôtel pour profiter des animaux au couchant pendant un bain dans la piscine. Nous retournons dîner au restaurant « Habitat » où nous testons d’autres plats toujours aussi bon ! +++
Avant de nous coucher on profite du wifi de l’hôtel pour réserver et payer les entrées du parc Manuel Antonio pour jeudi 7:30 sur le site officiel.
De plus, nous décidons de faire une excursion en bateau aux Îles Tortuga à partir du parc Curu demain matin. Nous appelons. C’est possible. Pas besoin de réservation mais nous devons arriver à 8:30.

Lundi 14 Mars: Cabuya - Parc de Curu.
Donc départ à 7:00. On arrive au bout du parc Curu à 8:30 pile dans les temps pour l’excursion.
Nous avons la bonne surprise de ne pas avoir à payer l’entrée, celle-ci étant comprise dans le prix de la nuit, qui n’est lui-même pas très élevé (Nous avions réservé une nuit en chalet directement sur le site du parc de Curu 60 S pour 2 pers).
Pour l’excursion en bàteau à Isla Tortuga avec Turismo Curu (Réduction TCR 15 % ), nous sommes seulement 6 personnes. Nous filons en bateau vers un petit îlot au sein des îles Tortugas où nous faisons une heure de snorkeling pendant laquelle nous avons pu observer plusieurs jolis petits poissons tropicaux mais dans une eau un peu trouble. De retour dans le bateau on partage des morceaux d’ananas et de pastèque. Notre pilote nous conduit ensuite sur une plage de l’île principale, non pas la plage où il y a plein de touristes mais une petite attenante, où nous sommes seuls. L’eau est chaude et calme, la baignade très agréable, la petite plage de sable blanc sympa. Nous rentrons en passant voir une dernière attraction : un rocher en arche au dessus de l’eau, au travers duquel notre pilote s’amuse à nous faire passer pleins gaz, alors qu’il y a tout juste la place d’y passer le bateau. Au total une excursion super sympa (pas très chère avec réduction TCR : 21S/pers).
On mange dans le resto du parc puis on récupère notre bungalow à 14:00. Nous serons au total seulement deux couples à dormir dans le parc cette nuit !

L’après-midi, nous parcourons les sentiers de randonnée du refuge, à la recherche d’animaux. Nous en voyons plutôt pas mal : des singes hurleurs, deux « tolomucos »(martres à tête grise) sortes de grosses mangoustes grimpant aux arbres et montrant les dents, des agoutis, des biches…
Après un bain de mer, seuls sur la grande plage (l’eau est bonne mais la mer très agitée, et nous renonçons au projet de bain de minuit pour ce soir en raison de la force des vagues !) Nous sortons dîner hors du parc à Paquera (à 8 km) au restaurant Ginana.+++ Le cadre est loin d’être extraordinaire. En revanche, sur la carte : une langouste à prix plus que raisonnable. Elle s’avère être de belle taille et très savoureuse+++ (encore un coup de cœur ! Spécial langouste). Nuit dans le parc bercés par le bruit des vagues et de la forêt.

Mardi 15 mars: Parc de Curu - Parc de Carara
Dès 6:00, nous parcourons le parc (ratons laveurs, agoutis, des singes hurleurs, des singes capucins qui font un festival de sauts… héron et autres oiseaux en bord d’étang...) Nous apprécions tellement ce parc que nous choisissons de rester plus longtemps plutôt que de partir en début de matinée prendre le bac à Paquera.
Nous quittons le parc vers 13:00.
S’en suit une longue route de plus de 200 km pour contourner la baie de Nicoya. Nous avons effectivement choisi de ne pas être tributaire du bac et de complications possibles. Les premiers 100 km dans la presqu’île se passent d’ailleurs bien. Il y a d’abord une excellente route toute neuve, puis une route assez rectiligne et de bonne qualité, toutes deux sans trop de circulation. À 15 h, nous faisons une halte déjeuner au soda Cevichito essayé 6 jours plus tôt.+++
Puis c’est à nouveau la route, cette fois sur la Transpacifico que nous rejoignons très vite. Au début cela va à peu près, mais les 40 derniers kilomètres sont très pénibles. Une voiture roule à 30 km/h et crée un bouchon monstre. Nous finissons par parvenir à la dépasser.
Vers 17 h, nous arrivons à « l’hôtel Selva Color ++», situé dans un grand parc rempli d’oiseaux et qui est une très bonne surprise.
Joli bungalow individuel, spacieux.
Dîner au restaurant « Altamar », situé en bordure de la grande route. (Très décevant, moins bon, bruyant et beaucoup plus cher que tous les resto testés ces derniers jours!).

Mercredi 16 mars: Carara - Quepos
Nous nous levons pour le petit- déjeuner réservé à 7 h. Nous ne sommes que deux sur la terrasse. Nous entendons de multiples oiseaux et décidons de ne pas aller au parc Carara à 10 km, mais de rester ici flâner dans le parc qui semble tout aussi bien doté, et qui présente aussi l’avantage de ne pas être en bordure de la grande route contrairement à l’autre. Nous passons donc les deux premières heures de la matinée à arpenter le parc. C’est pratique, il y a plusieurs routes, chemins et sentiers qui montent vers la forêt que nous explorons un à un. Nous verrons plusieurs oiseaux dont de beaux aras rouges et des toucans... Lorsqu’il commence à faire chaud, nous redescendons à notre chambre et enchaînons avec 2 h de piscine à observer d’autres types d’oiseaux dont des colibris.
Puis, départ vers 12:00, arrivée à 13:30, à Quepos.
Nous décidons d’aller déjeuner au restaurant de la Finca ++. (bon tartare de thon mais resto plus cher que sur la presqu’île de Nicoya).
Puis,détente/ bain de mer à Playa Biezens. Sympa. Accès par sentier dans les arbres. Gilet jaune pour surveiller la voiture. L’entrée du sentier se trouve facilement vu le nombre de voitures garées.
Dîner au restaurant Mira Olas +++(Best Western). Encore un resto que nous avons beaucoup aimé. Très bon. (Excellente cuisine, cocktails happy hour, rapport qualité prix correct)
2 Nuits au Sueno Tranquillo++ (pratique proche du centre ville de Quepos - pas besoin de prendre la voiture). Petite piscine rafraîchissante le soir- climatisation : utile compte tenu d’un coup de chaleur - idem pour le frigo dans la chambre. Pas de jardin ni animaux, mais bon rapport qualité prix.

Jeudi 17 mars: Quepos/ Parc Manuel Antonio
Réveil 5:15 - A 6:00, nous sommes au Soda Come Bien ++ pour prendre notre petit dej. Nous sommes deux touristes parmis les ticos. Il y a 5/6 tables dehors sous les arcades. Nous prenons un solide petit dej (gallo Pinto avec des œufs, jus de fruit frais, assiette de fruits et café.)
A 7:20, nous sommes à l’entrée du parc au rendez-vous avec Estelle (Guide en français Petit secret de Pierre).
L’entrée dans le parc avec les numéros de réservation des billets achetés sur le net, se passe sans encombre.
Nous faisons la randonnée dans le parc en sens inverse des groupes de touristes (il y en a donc un peu moins que sur la « route principale » mais nous sommes loin d’être tout seuls ! Les explications d'Estelle sont intéressantes. Elle nous montre beaucoup de trésors cachés : lézards, nombreuses grenouilles cachées dans les feuilles enroulées ou sur des feuilles (camouflées par leur couleur), des crabes, des libellules, des chauve-souris, un raton laveur, des singes capucins, toute sorte d’arbres dont des sortes de jasmin très capiteux. Nous voyons aussi de loin et un peu cachés, trois paresseux, deux trois doigts et un deux doigts.
La visite fait un grand tour dans le parc, d’abord par la mangrove, puis par les deux grandes plages du tombolo qui s’appellent playa Espadilla et playa Manuel Antonio. Un peu avant 11 h, la visite s’achève près de l’entrée du parc.
Nous décidons d’aller alors sur la playa Manuel Antonio pour une baignade. Auparavant nous faisons un petit détour par deux petites plages, playa Las Gemelas, qui sont mignonnes mais semblent peu confortables pour la baignade.
Après un bon bain on repart explorer le parc. Il fait très chaud+++, nous avons en permanence gardé notre casquette mais nous oublions de boire !...Nous avions fini la gourde en fin de matinée et n’avons pas pensé à la recharger.
Vers 15:30, il y a beaucoup moins de monde, il fait plus frais et on retrouve un peu d’animaux : quelques oiseaux, un magnifique iguane rouge et orangé et 4 chevreuils.

Le soir, nous retournons Dîner au restaurant Mira Olas +++ Nous changeons de plat sauf pour le mi-cuit de thon mariné (+++) trop bon !
En sortant, bain rafraichissant dans la piscine. Puis, repos avec la Clim pour la nuit.

Vendredi 18 Mars: Quepos - Hacienda Baru
Aujourd’hui « grasse matinée » et départ à 7 h 30. Pour le petit-déjeuner, nous retournons au Come Bien. Nous prenons de l’argent à la BCR à côté en prévision de notre séjour dans le sud où nous ne trouverons peut-être plus de distributeur.
À 10 h, nous quittons Quepos, vers le sud. Nous arrivons 1 h plus tard à l’Hacienda Barú Lodge +++. Nous commençons par faire une grande promenade dite des « coatis », durant 2 h. La promenade est en sous-bois, nous entr’apercevons un paresseux, un pecari, un agouti et plusieurs oiseaux.
Vers 13 h, nous reprenons la voiture et allons à Dominical déjeuner dans un fish & chips, le Pescado Loco ++. Nous mangeons sur un banc devant la paillote. C’est bon et nous nous en tirons pour 10 000 colónes pour 2 !

Nous rentrons à l’hôtel.
Nous allons alors à la piscine. Elle est immense avec deux bassins réunis par un canal. L’eau est très chaude, presque un peu trop, 32° peut-être. Plusieurs oiseaux volent dans le jardin.
Nouvelle promenade (sentier Chirincoco). Il s’agit cette fois d’un chemin qui commence sur un terrain assez dégagé puis qui passe ensuite en forêt non loin de la mer. Nous verrons plusieurs pecaris, des agoutis, et quantité d’arbres curieux : cedra, arbres à épines...On entend beaucoup d’oiseaux mais on n’en voit peu. A la fin du chemin nous faisons un petit crochet jusqu’à la plage. Les vagues y sont moins fortes qu’à Dominical, mais deux panneaux annoncent des courants forts. La baignade ne nous tente pas du tout.

Nous partons ensuite à Dominical, dîner au restaurant où nous avons réservé à midi, le Fuego +. Il s’agit d’un endroit un peu branché où sont fabriqués des bières artisanales. Nous sommes installés sur une terrasse en balcon, un étage au- dessus d’un jardin. Ambiance tropicale et jeune !
La soupe aztèque à l’oseille est très bonne. La pizza, correcte. Pas donné.
Nous rentrons vers 20 h 30 à l’hôtel et profitons d’un bain de nuit dans la piscine jusqu’à 21 h. Nous sommes seuls dans la piscine, elle est super agréable, puis nous passons une très bonne nuit.

Samedi 19 mars: Hacienda Baru- Uvita
Nous nous levons tôt pour être au rendez-vous à 6 h pour le « bird tour ». Nous ne sommes que tous les deux et nous sommes accompagnés de Pedro, très connaisseur et grâce à qui nous voyons de nombreux oiseaux sur le sentier que nous avions pris la veille en en voyant que très peu.
Nous avons vu des toucans, des perruches, des tourterelles dont le white-tipped dove, des « hookes », un yiguirro (merle fauve), plusieurs Martin pêcheurs ainsi que d’autres oiseaux ... Nous avons aussi aperçu deux coatis et un pecori. Nous quittons Pedro à 9 h, enchantés de notre tour.
Nous prenons alors le petit déjeuner. Puis nous allons profiter une dernière heure de la piscine. La température est redescendue à 30° pendant la nuit, et est encore plus agréable.

Nous faisons ensuite les bagages et repartons pour une nouvelle ballade, le même sentier que la veille au matin. Nous sommes tout seul. Nous apercevons sur le sentier pas mal d’oiseaux en sous-bois, mais aussi des agoutis, et un défilé de singes capucins se nourrissant dans les palmiers. Vers 13 h, nous retournons au restaurant de l’Hacienda Baru ++ très pratique pour y prendre notre déjeuner (nourriture correcte). Le jardin autour de nous grouille d’oiseaux ! C’est un petit paradis…

Nous quittons l'Hacienda Barú pour une demi-heure de route à travers les palmeraies jusqu'à Uvita. À l'arrivée, le bout de chemin terminal est très pentu. La maison d’hôte Oasis Uvita + est perdue dans la forêt. Concept écolo sympa mais chambre vraiment minuscule…(très peu pratique pour préparer le sac pour Drake Bay). On a à peine la place de circuler autour du lit. Piscine agréable et observation de très nombreux aracaris (de Frantzius avec bec orange) et toucans tocards (à bec brun et jaune).
Belle balade dans la forêt jusqu’à une petite rivière.
Dîner à la table d’hôtes (bon mais frugal).

Dimanche 20 mars: Uvita - Drake Bay
Lever à 6:00 pour profiter des oiseaux. Douche très rapide car très fraîche dans la salle de douche minuscule (1.5m2, en partie à l’extérieur). Un bon moyen pour limiter la consommation d’eau !
Petit dej à 7:30 bon mais très frugal aussi (Une gaufre avec une fraise coupée en 4 et 4 rondelles de banane avec un café).
Nous roulons une heure dans un paysage d'immenses palmeraies. Nous arrivons à Sierpe bien à temps pour le bateau. (Nous avions réservé la traversée avec l’agence picolina avec qui nous avons eu 20% de réduction TCR y compris pour la traversée Sierpe - Drake Bay et retour!)
Très vite nous sommes pris en charge par un jeune de l'agence Picolina. Il nous oriente vers un parking sécurisé un peu plus loin où nous sommes très bien accueillis. Nous nous garons dans la dernière place. Nous laissons le ticket dans la voiture pour payer le parking au retour. Voiture et bagages parfaitement en sécurité.
Embarquement un peu compliqué : Un groupe de touristes embarquent avec des énormes valises qu’il faut caser…Ce qui finalement ne nous vaut qu’une demi heure de retard. L’arrivée se fait comme prévu les pieds dans 20 cm d’eau. (Il vaut mieux avoir des chaussures de piscine si on n’aime pas marcher sur des cailloux). La plage ne nous tente pas pour une baignade.
Nous montons à l’hôtel Margarita++ ( pour 4 nuits) à 10mn à pieds de la plage. Il y a une piscine sympa. Nous avons malheureusement une chambre borgne mais grande, avec un frigo, la clim , une grande douche et un déshumidificateur (qui s’avèrera très utile pour sécher régulièrement serviettes chaussettes et maillots..).
On cherche un endroit où déjeuner. Le resto de l’hôtel est fermé le dimanche.
Nous allons sur le front de mer, certains ont déjà fini leur service, plusieurs sont fermés le dimanche. Un peu affamés, nous nous rabattons sur un grand soda en bord de plage, le Masqueria Roberto’s, sans être convaincus par la qualité de ce qu’on a mangé. Le prix est resté lui raisonnable.
Ensuite nous passons à l'agence de voyage Picolina, pour régler les excursions (Réduction TCR de 20 % +++). Nous rentrons après à l'hôtel profiter de la piscine. L'eau est bonne.
Puis nous explorons le village, nous trouvons une panaderia où nous achetons de quoi nous faire un petit dej pour le lendemain.
Nous dînons le soir au Twins bar++. Nous prenons un thon grillé, excellent!+++
En rentrant à l’hôtel un dernier bain, avant une bonne nuit

Lundi 21 Mars: Corcovado
Réveil très tôt pour le parc Corcovado. (Petit dej avec les viennoiseries et le jus d’orange acheté la veille).
À 6 h nous sommes à la plage, à l'heure convenue pour l’excursion. Plusieurs compagnies, plusieurs bateaux pour l’excursion. Chaque compagnie récupère « ses ouailles ».
À 6 h 30 nous embarquons, pour une heure de trajet vers la Sirena avec l’agence Picolina. Nous sommes sur un bateau bien plus petit que la veille, et plus agréable.
À l'arrivée, nous débarquons sur la plage. S'en suivent quelques formalités, de contrôle des sacs, de signature d'un cahier…Notre guide nous prend alors en main. Il s'agit de Catharina. Au début, plusieurs groupes s'agglutinent sur le sentier. Nous avançons lentement. Nous sommes en plein tourisme de masse ! Mais progressivement, nous nous écartons de la plage d'arrivée et nous ne sommes plus que le petit groupe de neuf personnes ayant réservé avec l’agence Picolina ce jour-là. Nous parcourons près de six kilomètres dans une forêt magnifique et verrons de très nombreux animaux+++ : agoutis, coatis, pecori, singes-écureuil, trogons (un couple rouge et un jaune), chauve-souris, singes-araignées, basilic, singes hurleurs, héron tigré , faucon noir, un fourmilier, un tapir, un crocodile et un paresseux ; la plus grande densité d'animaux que nous n’ayons jamais rencontrée au Costa Rica en 4h30 de promenade entrecoupée d’une pause de 30mn pour rafraîchissements et WC à la Sirena. Superbe ! A ne pas manquer+++ J’ai initialement eu un peu peur du monde. Mais ça n’a vraiment rien à voir avec Manuel Antonio et honnêtement on n’a pas été dérangé. Il faut juste faire attention de ne pas perdre son guide quand on croise un autre groupe !...
À 12 h 30, après 5 h sur place, nous reprenons le bateau et rentrons à Drake. Le déjeuner, compris dans l'excursion, est servi au même restaurant que celui de notre déjeuner de la veille. Casados, pas géniaux mais mangeables.
Nous échangeons des photos par Bluetooth avec notre guide et nos autres compagnons de groupe. C’est très sympa!
Nous retournons à l’hôtel et nous passons l’après-midi à la piscine.
Avec les marches progressives et les abdos en piscine, ma sciatique va mieux, j’ai pu arrêter les anti-inflammatoires !
Dîner au le Kalaluna Bistro+++
En terrasse face à la mer. Le cadre est très romantique, avec le jardin tropical, le bruit des vagues, la bougie sur la table... La cuisine s’avère succulente : poisson à la Kalaluna, qui est une daurade avec sauce tomate et pesto, une vraie une tuerie, et poisson au maracuja, avec 2 batidos. La cuisine est goûteuse et les assiettes sont raffinées avec des fleurs et une crêpe de parmesan en forme de papillon. Le chef est d'origine italienne. En surprise, deux tiramisus nous sont offerts en dessert. Comblés, nous rentrons dans la nuit noire en nous éclairant avec nos téléphones.
De retour à l'hôtel, nous allons prendre un dernier bain à la piscine. Nous en sortons à temps, une grosse pluie tropicale survient tout de suite après !

Mardi 22 Mars: Isla del Cano
Lever 6 h. Nous prenons le petit- déjeuner dans la chambre avec un gâteau banane acheté la veille + jus d’orange. À 7 h 20, nous sommes à l'agence Picolina au rendez-vous fixé. Ils nous équipent de masques et tubas. Puis nous descendons à la plage prendre un bateau. Nous sommes 4 en plus de notre guide Carlo et de notre capitaine Roberto. Nous faisons ensuite escale sur deux plages où nous sommes rejoints par 2 autres couples. Le groupe est petit (8 personnes) et très sympa.
Puis, le bateau file vers l'îlot Caño à 20 km. À mi-traversée, nous rencontrons une petite dizaine de dauphins et les suivons un peu. Ils sautent autour du bateau, nous offrant un spectacle sympa à une 50aine de mètres de nous (Même si l’intermède est agréable++ cela n’a rien à voir avec la 50aine de dauphins passant sous le bateau et sautant à 2 mètres de nous lors de l’excursion à Samara !)

Puis nous faisons un arrêt sur une plage de l'îlot pour que Carlo remplisse les formalités. Nous rejoignons ensuite un premier spot de snorkling. Une fois à l'eau, le spectacle est enthousiasmant. Nous trouvons enfin plein de coraux et une multitude de poissons tropicaux. Il nous est demandé de nager avec le gilet de sauvetage et nous nous en accommodons. L'eau est assez claire. Le soleil brille et éclaire bien le fond. Nous voyons aussi quatre tortues et une étoile de mer avec une vingtaine de branches. Le tour dure 45 mn. Super+++
Nous remontons dans le bateau qui nous dépose sur la plage de l'îlot. Pendant que certains prennent un bain de soleil, nous préférons un long bain de mer dans une eau claire et délicieuse.
Puis nous repartons en bateau pour le 2eme spot de snorkeling. Une fois dans l'eau, il y a un fort courant et nous nous laissons dériver sur plus de 500 m. Nous voyons encore deux tortues, dont une grosse, et aussi un immense banc d'un millier de poissons dont nous nous amusons à observer le comportement collectif.
Après ces nouvelles 45 mn de tour, nous reprenons le bateau vers le continent pour notre déjeuner, servi sur la plage de San Josecito. (Magnifique) Le repas est descendu des bateaux et installé sur des tables. Il est copieux et bon : bœuf façon thaï, pâtes, légumes, crudités, ananas et pastèque,
Après être bien repus, nous reprenons un nouveau bain de mer. Deux aras rouges nous offrent le spectacle d’un superbe ballet à deux au dessus de la plage.
Retour en bateau à l'hôtel vers 15:00. Repos, nouveau bain dans la piscine, puis nous effectuons quelques courses pour le petit-déjeuner et le pique-nique du lendemain.
Diner au restaurant de l’hôtel en bord de piscine.(pas mal).

Mercredi 23 Mars: Drake Bay/ Randonnée Rio Claro
Nous nous levons tôt. Nous prenons le petit-déjeuner dans la chambre. A 6 h 30, nous quittons la chambre pour une grande randonnée en bord de mer jusqu’à playa San Josecito.
Au début, nous descendons dans le village jusqu’à la plage vers la gauche, puis nous entrons ensuite dans la forêt. Il y a de nombreux hôtels que nous traversons successivement. L’un est sur une presqu’île et il faut franchir le bras de mer par un pont suspendu pas très rassurant. S’en suivent plusieurs plages en alternance avec la forêt, jusqu’à playa Cocalito.

Un peu plus loin, nous décidons de faire halte dans le dernier soda pour nous rafraichir et nous hydrater+++, le soda Piquiñès++. Il faut s’écarter un peu du chemin. Les tables y sont installés au milieu d’un jardin où nous profitons de nombreux oiseaux colorés. Nous prenons des batidos. La patronne est très sympa!
Puis, nous entrons dans la réserve de Rio Claro. Nous ne voyons pas d’animaux hormis des lézards et un basilic. Le parc est constitué d’une très belle forêt. Avant d’en sortir, nous rencontrons une difficulté : le rio Claro. C’est une rivière large d’une dizaine de mètres, qu’il faut franchir à gué. Le courant est fort et nous avons de l’eau jusqu’en haut des cuisses. L’eau est fraîche et transparente. Compte tenue de la chaleur ambiante. L’intermède est plutôt sympa!
Vers 11 h 30, nous arrivons enfin sur la grande plage de San Josecito. Rien à voir avec la veille. La plage est quasiment déserte : Nous sommes cinq au total! Nous en profitons pour prendre un bain de mer. La marée est basse et il y a peu de fond. Pique-nique sur la plage.
C’est alors que nous assistons, à l’arrivée des bateaux en provenance de Isla del Caño, qui conduit à l’invasion de la plage.
2 solutions: soit rentrer en bateau moyennant quelques dollars ce que plusieurs capitaines nous proposent, soit rentrer à pieds. Finalement, nous repartons pour 5 h de marche (en comptant toutes les pauses photos, baignade, repos hydratation au soda, observation d’animaux…) en reprenant le chemin de l’aller. La chaleur est écrasante. (Personnellement, cette fois, j’ai bu 3.5litres dans la journée et suis restée à l’ombre dès que j’ai pu!).

Sur le trajet retour, nous avons plus de chance avec les animaux. Nous voyons plusieurs groupes de singes capucin dans la réserve, plusieurs couples de aras rouges qui, à une occasion, se donnent particulièrement en spectacle devant nous. Nous refaisons aussi une halte au soda Piquiñès (indispensable compte tenu de la chaleur). La patronne nous remplit gentiment notre gourde d’eau. Peu après, nous nous arrêtons longuement sur une plage et prenons un bain de mer, notre dernier du séjour dans le Pacifique. Il n’y a pas de vagues, pas de rocher, c’est super agréable!
Nous rentrons sur Drake alors que le soleil descend et qu’il fait une chaleur toujours aussi étouffante, satisfaits d’avoir relevé le défi de cette randonnée de 19 km. Nous nous « écroulons » au soda Amarola+++, près de la plage. Nous sommes les deux seuls clients et les restaurateurs sont aux petits soins avec nous. Nous dînons simplement d’un chopsuey et d’un riz aux crevettes. Très bons. Excellent rapport qualité prix!+++ sans compter la gentillesse de nos hôtes.
À 19 h, nous retournons à l’hôtel et profitons d’un dernier bain dans la piscine avant de nous coucher exténués.


Jeudi 24 Mars: Drake Bay - Uvita
Nous nous levons à 5 h 30, petit dej habituel (gâteaux, jus de fruits) Puis nous quittons l’hôtel et arrivons sur la plage vers 6 h 45. Nous attendons avec beaucoup de zénitude le départ en bateau pour Sierpe, ayant compris comment cela allait se passer lors du voyage aller. Nous faisons bien. Nous finissons par embarquer, mais là : problème : alors que les sacs (voire valises pour certains) sont en train d’être chargées et que nous sommes déjà à bord, le bateau s’échoue. Celui-ci finit malgré tout par être dégagé au prix de maints efforts. Puis, le trajet en mer et dans la mangrove s’effectue sans encombre.
Nous débarquons et récupérons la voiture sans difficulté après avoir payé le parking.
Nous prenons alors la route pour Uvita. Nous arrivons vers 10h, à l’hôtel prévu pour la nuit. (Hôtel Balleno Paraiso+++). Nous sommes très bien accueillis par un couple de français installés depuis deux ans ici, et par chance notre chambre est déjà prête. Nous nous y installons donc et allons piquer une tête dans la piscine. Notre bungalow, comme la piscine, ont une vue imprenable sur la mer, la plage d’Uvita et la curieuse « baleine », le tombolo qui fait le dessin d’une queue de baleine. La marée est haute et l’on ne voit pas encore bien le dessin de la queue, mais cela va prendre forme au fur et à mesure que l’heure avance et que la marée descend.
On se sent épuisés de notre séjour au Corcovado même si nous ne regrettons rien. Du coup, on fait une croix sur les activités que nous avions prévues (parc d’Uvita et cascade). Et nous décidons d’une journée farniente à profiter de cette vue magnifique et de la piscine.
À midi, nous quittons l’hôtel en voiture pour aller déjeuner. Nous retournons quelques kilomètres en arrière sur la « Pacifico » au Sakura sushi bar & grill+++.
Le restaurant est assez classe. Nous choisissons de nous installer dans la salle climatisée. Il fait 37° à l’ombre, cela s’impose, d’autant que nous ressentons encore les effets du coup de chaleur de la veille…Makis californiens au thon, tatiki de thon qui est un filet de thon mi-cuit servi en tranche (++) et poke bowl au thon. Excellents !
Nous passons à la boulangerie « Bagel Time » acheter le petit-déjeuner du lendemain. Puis nous remontons à l’hôtel pour un après-midi farniente et piscine. De la piscine, puis de notre terrasse, nous avons assisté au lent recouvrement de la queue de la « baleine », au fur et à mesure que la marée est remontée.
À 19 h, nous redescendons à pied au restaurant situé juste en dessous de notre hôtel. Il y a beaucoup de monde mais le service n’est pas trop long. Pâtes aux légumes et à l’ail, filet de poisson à l’ail (l'excès d'ail est un peu écœurant). En revanche, l’ambiance est très sympa : un musicien joue et chante des airs sud- américains (jolie voix et bon guitariste).
Nous remontons à pied à l’hôtel et profitons d’un dernier bain dans la piscine éclairée par des jeux de couleurs amusants.

Vendredi 25 Mars: Uvita - Dominical - Copey de Dota
Nous nous levons à 5 h 30 pour partir tôt. Nous prenons le petit-déjeuner en terrasse.
À 6 h 15, nous prenons la voiture jusqu'à Dominical pour la sortie en kayak avec pineapple tour - Reduction TCR+++ (RDV à 7:00 compte tenu de la marée du jour). Victor, notre guide nous apprend que nous sommes ses seuls clients pour la matinée! Nous nous en réjouissons d’autant qu’il nous dit que ce n’est pas habituel.
Nous le suivons en voiture sur une dizaine de kilomètres, jusqu’à playa Matapalo. Peu avant l’arrivée, il s’arrête sous un arbre et en décroche cinq caramboles. Il nous les donne et nous conseille d'en faire des batidos. Plus loin, il s’arrête à nouveau. Il nous montre alors une chouette qui dort le jour (une Common Potoo ou Ibijau gris). Elle est très difficile à repérer tant elle se confond avec le bois de l’arbre sur lequel elle est posée!
Nous arrivons ensuite au point de départ de la promenade en kayak. La sérénité est totale! +++ Nous profitons d'un très bel éclairage du matin. Nous entendons tous les bruits de la forêt. Victor nous montre plusieurs oiseaux, dont des martin-pêcheurs, des ibis, un caracara, différents hérons,  ainsi que plusieurs animaux, dont des crabes et un opossum ! Il nous donne aussi des explications (en anglais) sur les différentes mangroves, blanche, noire et rouge.
Nous terminons le tour par collation avec des fruits. Nous sommes enchantés de ce tour +++ à la fois passionnant (faune, informations) et très relaxant ( immersion dans la nature, couleurs magnifiques, silence interrompu uniquement par le chant des oiseaux, les clapotis de l’eau…)
Nous repartons complètement ressourcés vers 10 h 30 directement vers Copey de Dota. La route monte quasiment tout le temps. Elle tourne beaucoup mais est assez bonne. Nous roulons bien.
À mi- parcours, nous nous arrêtons au restaurant le 20/20 +++. Le cadre est soigné et la carte appétissante. Nous prenons une truite et une pièce de bœuf. Il fait très frais. Heureusement, nous avions prévu un pull, mais nous sommes en short et sandales. Les batidos bien froids ne nous paraissent plus si appropriés !
Nous repartons par la nationale 2 qui grimpe dans les hauteurs, moitié dans les nuages, moitié dans le ciel bleu. Nous atteignons les 3 000 m. Nous quittons alors la nationale, pour prendre une petite route et arrivons à notre hôtel : le Cedrela Eco lodge++. Notre logement est tout en planches de bois, du plancher au plafond. Nous nous y installons, puis nous partons effectuer un trail de 3 km autour de l’hôtel. Le chemin monte dans une forêt humide jusqu’à un sommet d’où nous avons une belle vue sur les environs. Nous ne voyons pas beaucoup d’oiseaux, mais en revanche de nombreux grands ficus, de taille impressionnante et de formes très singulières ! Le chemin redescend ensuite par une plantation de caféiers, d’avocatiers et d’autres arbres fruitiers curieux.
Nous rentrons pour aller dîner au restaurant de l’hôtel+++. Le menu contient beaucoup de plats à base d’avocat… (avocat cuit aux légumes (++) et truite avec des avocats). Le cuisinier nous prépare des batidos avec les caramboles que nous avons rapportées : une carafe pleine, pas mauvais ! Au dessert, une glace… à l’avocat excellente! Au total, un dîner goûteux et original+++
Suivi d’une très bonne nuit dans un chalet de montagne.

Samedi 26 mars 2022 Copey de Dota - Gerardo de Dota
Nous nous levons à 6 h et petit-déjeuner à 7 h au restaurant. Le service est prévenant.
Nous quittons l’hôtel à 7 h 30, un peu pressé car nous avons rendez-vous à 8h/8:20 à San Gerardo da Dota ( Excursion « Bird Tour » avec un guide en anglais: Agnel+++, cité dans quelques commentaires sur le blog TCR, dont nous avons trouvé les coordonnées sur le net). Il y a environ une heure de route. Malgré quelques incidents sur la route (un camion qui s'accroche dans des fils électriques qu'il arrache du poteau au bord de la route et un demi-tour lié à une erreur du copilote),  nous sommes à 8:30 au lieu de rendez-vous et rejoignons  notre guide, Agnel, ainsi que deux autres couples.  Nous profitons d'un festival de découvertes d’oiseaux colorés d’une grande diversité.(toucanet, woodcreeper, Tohi à cuisses jaunes...) Pour appeler les oiseaux, Agnel imite leur chant et n’hésite pas à utiliser des enregistrements sur son téléphone. Nous faisons plusieurs petites marches intercalées de minimes trajets en voiture, ainsi qu'un arrêt par un petit observatoire avec des mangeoires à oiseaux (nombreux colibris, pics, tanagers...)
À 11 h 30, le tour est terminé et nous nous rendons à notre hôtel du soir. (Hôtel de Montana Suria ++) La chambre est déjà faite et nous nous y installons. Nous reprenons la route par laquelle nous sommes arrivés,  pour aller déjeuner à la pizzeria Les Colibris+. (Bonne réputation sur le net. Cuisinier et serveur sont très gentils mais nous sommes très déçus !) Nous prenons une grande pizza à partager, mi-végétarienne, mi- bolognaise. L’attente est franchement très longue ! Heureusement, on en profite pour photographier les nombreux colibris et autres oiseaux qui s’ébattent dans la cour derrière la fenêtre de la terrasse. La pizza est très copieuse, mais assez lourde ! (type pizza américaine et non pizza italienne...) Nous ne la finissons pas.
Sur la route vers l'hôtel nous nous arrêtons pour une petite randonnée qui nous conduit à une cascade. Nous voyons peu d’oiseaux mais la promenade en forêt humide, avec de nombreuses plantes épiphytes est très agréable. Nous contournons un élevage de truites et longeons la rivière jusqu’à une première cascade que franchit une passerelle peu rassurante. Nous traversons mais ne poursuivons pas vers les autres cascades.
Nous rentrons à l’hôtel  pour profiter des jardins très agréables afin de débusquer de nouvelles sortes d’oiseaux.
Nous allons dîner à l’hôtel++ à 18 h 30. Ambiance chaleureuse et confortable avec feu dans la cheminée. Au dîner : la spécialité de la région, la truite, accommodée de différentes façons  (soupe avec des morceaux de truite, et truite fumée : très bonnes).

Dimanche 27 mars 2022: San Gerardo de Dota - Orosi
Nouveau tour du jardin avec quelques oiseaux. Puis petit-déjeuner au restaurant de l’hôtel.
Nous partons ensuite vite pour le Batsu garden.+++ (Avec réduction TCR 20%). L'accès s'effectue par un chemin pour 4 x 4 jusqu’à une plateforme.

C’est une bonne surprise pour nous :  nous sommes accueillis par le propriétaire qui nous fourni des explications. Nous commençons par la promenade dans le jardin où il y a de nombreuses fleurs à colibri. Puis nous remontons sur les deux terrasses où sont installés des mangeoires à oiseaux. Une terrasse avec de l'eau sucrée pour les colibris et une autre avec un arbre mort sur lequel sont fixés des quartiers de fruits frais. Nous assistons à un ballet continu de multiples oiseaux colorés. Il y en a quasiment en permanence et jusqu’à six en même temps. Puis nous faisons la randonnée, grande boucle, qui nous emmène un peu au dessus du jardin, dans une très belle forêt humide. De retour aux terrasses, nous y restons pour photographier les oiseaux jusqu’à 10 h 30, heure à laquelle nous devons rentrer à l’hôtel pour le check-out.

Une fois celui-ci fait, nous retournons au Batsu garden repasser une heure de contemplation des oiseaux. (Nombreux colibris, nombreux tanager différents, un très beau toucanet observé à 2 mètres)
À midi, nous allons au Café Kahawa +++ qui a une agréable terrasse surplombant la rivière devant la forêt. A nouveau de la truite : filet de truite au lait de coco, fusillis à la tomate et à la truite. Nous nous régalons.

Après le déjeuner, nous quittons la vallée de San Gerardo da Dota pour retrouver, par la route qui monte raide, la nationale vers Cartago. Nous faisons un arrêt au parc des Quetzales qui nous permet de parcourir deux sentiers (Tarif unique – Pas de réduction). Nous sommes en pleine forêt de nuages à 3 000 m d’altitude. La randonnée s'effectue dans une forêt épaisse immergée dans le brouillard. Les sentiers sont bien aménagés et bien balisés. Nous ne voyons aucun animal. Cependant, l'excursion est intéressante pour la flore et l’atmosphère étrange. (Parc à visiter seulement si on passe dans le coin et qu’on a le temps!… )
Nous reprenons ensuite la voiture pour aller à Orosi par une route qui descend tout le temps. Comme nous sommes dimanche, les camions sont remplacés par les vélos.

Orosi est une ville coloniale à rues perpendiculaires. Nous nous installons à notre hôtel, l’Orosi lodge (++) situé en face des bains thermaux. Le soir, nous allons dîner à la pizzeria Il Giardino (++) C’est un endroit charmant, très calme, avec un service attentionné. Des pizzas bonnes, peu grasses et bien garnies. Bonnes sangrias, d’une pinte.

Lundi 28 mars 2022 Orosi - Cartago - Alajuela
Ayant appris au briefing que le lac du volcan Irazu avait actuellement complètement disparu, nous remplaçons la rando au volcan par un bain aux thermes.
À 7 h 45, nous allons aux thermes qui sont en fait une piscine municipale (Tarif d’entrée dérisoire ! Qq colones). La grande piscine est hors d’eau, mais comme il n’y a personne, nous nous contentons des deux piscines restantes, surtout qu’elles sont « caliente ». En fait de caliente, l’eau est bien plus fraîche que toutes celles que nous avons connu sur la côte Pacifique. Elle reste cependant agréable. Il fait un ciel bleu splendide et au loin nous voyons un volcan que nous identifions comme étant l’Irazu. De nombreux oiseaux volent au-dessus des bassins. Plusieurs ticos  nous rejoignent pour faire des exercices. La piscine sert de piscine de balnéothérapie. C’est pratique, pas cher, mais sans kiné! …
À 9 h 45, nous quittons les thermes. Nous étions un peu déçus de la simplicité du lieu (absence de jets/jacuzzi) mais nous en avons quand même bien profité : relaxation et musculation dans une piscine chaude avec vue sur le volcan, survolés par des tanager et rencontre de sympathiques ticos. Venir tôt, un lundi, avec une affluence minimale, nous a sans doute permis d’avoir la meilleure expérience possible. (A faire seulement si on a du temps…)
Nous retournons à l’hôtel pour le check-out.
Nous nous rendons ensuite au jardin botanique Lankester (++) à quelques kilomètres. Ce jardin comprend un sentier qui parcourt différentes aires spécialisées par type de plante : orchidées, cactus, jardin japonais, fougères... Il est excellemment bien entretenu et riche de nombreuses variétés tropicales. C’est un très bel endroit. Nous le parcourons de fond en comble. Nous terminons, deux heures après notre entrée, vers midi.

Nous nous mettons en quête d’un endroit pour déjeuner. Après quelques difficultés, nous tombons sur une excellente adresse+++: Los Parales Bar, sur la route entre Cartago et San Jose. Il y a un gilet jaune à l’entrée pour garder la voiture qui contient tous nos bagages, un très bon accueil et une fréquentation locale. Filet de poisson à l’avocat, riz aux crevettes. Question prix, nous nous en tirons pour un des déjeuners le moins cher du voyage !
Il s’en suit deux heures de voiture pénibles, d’abord sur autoroute, ensuite en ville et enfin en route de montagne. Vers 16 h, nous arrivons enfin à notre hôtel dans les hauts (Villa Calas ++) qui s’avère être une très bonne adresse. Nous avons un petit chalet à toit en pente, pour nous tout seul, grand, confortable, avec une petite cheminée et de quoi faire du feu.
Nous reprenons la voiture et allons voir, non loin, la cascade La Paz, visible de la route. Il y a aussi un zoo, mais compte tenu du prix et des différents avis, nous décidons d’abandonner l’option d’y aller, qui était prévue pour le lendemain. Sur le chemin du retour vers l’hôtel, on achète des fraises, spécialité du coin.

Le soir, dîner au restaurant de l’hôtel++. Au menu, truite et steak « New York » , pas mauvais ! Nous sommes les seuls clients…
Nous rentrons ensuite à la chambre et entreprenons de faire le feu. Malheureusement, le bois mis à disposition n’est absolument pas sec et ne brûle pas. Nous nous couchons alors. Dans la nuit, le bois continuera toutefois à se consumer lentement, sans flamme, tout en dégageant de la fumée très mal ventilée par la cheminée. Lors d’un réveil nocturne, craignant une intoxication au CO, on ouvre en grand portes et fenêtres pour aérer la chambre+++. Quelle nuit pour ce qui devait être un feu de bois romantique !

Mardi 29 mars 2022 - Volcan Poas - Alajuela
Le réveil sonne à 6 h. Nous contrôlons sur internet la vue de la web-cam du volcan Poàs. Il y a un brouillard absolu. Du coup nous ne nous levons pas.
Vers 8 h 45, après nous être douchés, habillés, nous voyons que la vue de la web-cam du volcan Poas se dégage un peu. Dehors, vu de notre chalet, il fait un ciel bleu mais le sommet du Poàs est partiellement dans les nuages. Nous décidons cependant de tenter le coup, estimant la tendance favorable. Nous réservons l’entrée sur le site du parc, avec un passage dans le créneau 9 h 20 à 9 h 40. Nous voilà partis.
Il n’y a personne sur la route. Nous arrivons un peu en avance à la barrière d’entrée du parc. Nous entrons sans encombre et nous nous garons. Nous passons alors par un centre d’accueil. Après un lavage des mains réglementaire, nous sommes équipés de casques blancs, (La couleur du casque correspond à l’horaire du groupe…), puis installés dans une salle de cinéma on nous passe un film sur les consignes de sécurité. Il y a manifestement à craindre un risque d’éruption, d’où le casque et, si cela se produit, il faut rejoindre un abri. Nous partons ensuite à pied vers l’esplanade au-dessus du cratère, à environ un kilomètre. À l’arrivée, la vue est à couper le souffle. Il y a un grand cratère profond, avec un lac d’eau d’un vert jade laiteux au fond. Les parois sont un mille-feuilles de divers coloris, blanc, jaune, brun et noir. La végétation occupe les flancs externes et le sommet. On devine sur un côté une longue coulée par laquelle s’évacuent les laves crachées par le volcan lors des éruptions.
Les nuages résiduels se dissipent vite et nous avons, à plusieurs moments, soleil et ciel bleu créant des éclairages de bel effet. Par endroit, nous distinguons des fumerolles sortant du sol. Nous profitons intensément de nos minutes de droit de présence, puis nous retournons vers la voiture.
Nous reprenons la route vers l’hôtel, satisfaits d’avoir tenté la visite et du résultat obtenu, bien au-dessus de nos espérances ! Petit-déjeuner à l'arrivée. Le serveur est au petit soin pour nous++ C’est très agréable. (Malgré l’épisode feu de cheminée, c’est une bonne adresse)

Nous redescendons vers Alajuela par une petite route qui nous permet de traverser des hameaux et des paysages très typiques. Nous ne faisons pas d’arrêt déjeuner. Nous arrivons chez Margarita et prenons possession de notre chambre pour y installer nos bagages. Nous décidons d’aller à l’Ave Zoo (++) un zoo où sont présentés des animaux en convalescence suite à des accidents. Nous sommes très agréablement surpris de la qualité des infrastructures. Les animaux sont dans de très grands enclos, fournis en végétation. Certains peuvent se voir directement sans regarder au travers des grilles. Nous voyons de nombreux aras, des toucans, des iguanes, des paons, des chouettes, des aigles, des singes-écureuils, plusieurs félins++, des crocodiles, des tortues, des pécaris... Il y a beaucoup d’animaux si bien que nous y passons du temps et terminons un peu saturés. Nous ne regrettons pas d’avoir échangé ce zoo avec celui de La Paz (sympa et bien moins de la moitié du prix).
Nous passons faire laver la voiture. Le lavage est fait de fond en comble en une heure, si bien que l’on rendra la voiture plus propre qu’elle ne nous a été remise!
Nous dinons au Cherry’s (++) à quelques minutes en voiture de l'hôtel.

Mercredi 30 mars 2022 - Alajuela - Doka Estate - Paris
Fin du séjour au Costa-Rica. Petit-déjeuner classique de Margarita : café, fruits, œufs et toasts. Étant "à sec", nous partons en quête de dollars pour faire quelques achats. La quête va être longue et difficile. Nous essayons une première BCR, puis une autre, puis encore une autre... sans succès!…Nous finissons par aller au centre d’Alajuela et parvenons à obtenir les précieux billets verts au guichet de la grande banque du centre. (Je crois qu’en fait, nous aurions dû nous contenter de prendre des CRC, à la première banque, plus rentables pour les achats à l’aéroport !...)
Nous allons ensuite au Doka Cofee Tour ++ (Avec réduction TCR), une plantation dans les hauts d’Alajuela. Les lieux sont vastes et bien organisés pour la visite. Nous faisons la visite accompagnés d’une charmante guide qui nous explique tous les secrets de la fabrication du café, de la culture à la mise en sachets. Les installations sont artisanales et très intéressantes à découvrir. Émerveillés, nous nous laissons tenter par l’achat de café un peu cher à la boutique. Puis nous prenons notre déjeuner sur place, car celui-ci est compris dans la visite. C’est un buffet avec des casados. Le café (3 types différents) est à volonté. Nous allons ensuite parcourir un peu les plans de caféiers, et visiter une serre à papillons dans la plantation (nursery, naissances en direct !, très nombreux morphos bleus).
Il est l’heure de prendre le chemin de l’aéroport. Nous repassons chez Margarita récupérer nos bagages, nous changer aussi, et nous filons vers l’aéroport. Il faut déposer la voiture chez le loueur qui est installé en fait assez loin de l’aéroport. Nous devons supporter des embouteillages monstrueux, si bien que nous perdons toute l’avance que nous avions. Départ de chez Margarita à 15:00 pour un décollage à 19:15 !

Merci encore à Pierre et à toute son équipe pour les bons plans, les réductions, la voiture neuve et le sentiment de sécurité apportée par la possibilité d’avoir un interlocuteur sur place en français, qui nous a permis de passer des vacances idylliques (tout en guérissant ma sciatique !)

Vues : 1373

Commenter

Vous devez être membre de Tout Costa Rica BLOG pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Tout Costa Rica BLOG

Devis en ligne gratuit et sans surprise !

GPS, 2nd conducteur, kilométrage illimité, assistance 24h/24h et assurance tous risques avec franchise OFFERTS !

Découvrez le livre de Pierre !

Discussion Forum ToutCostaRica

© 2022   Créé par ToutCostaRica.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation