Tout Costa Rica BLOG

Itinéraires au Costa rica. Préparer son voyage grâce à 1000 expériences vécues.

Voyage au Costa Rica en début de crise sanitaire Mars 2020

Nous sommes partis en Mars 2020, alors que la crise sanitaire s’amorçait. Nous fêtions nos 30 ans de mariage et avions prévu ce voyage 6 mois à l’avance. Nous devions partir 18 jours, nous n’en avons fait que 11…, mais intenses!
En raison de difficultés personnelles je n’ai pas pu faire de post avant. Cependant, après plus de 18 mois, ça permet de faire un retour avec un certain recul, associé au journal que nous avons tenu alors.

Tout d’abord, un énorme merci à Pierre et à son équipe, car pendant cette période troublée où en tant que voyageur français on se sentait abandonnés par Air France, l’ambassade ….l’équipe de TCR a été présente et c’était très rassurant.

Bon, allons-y:
11 mars 2020: Enfin le départ! Jusqu’au jour même on se demandait si le début de la crise sanitaire qui se profilait allait nous empêcher de partir ou pire, nous refouler à l’arrivée (les voyageurs provenant de plusieurs pays dont l’Italie étaient interdits ….). Bon, la chance est avec nous , Pura Vida! Après un atterrissage à 18:00 une navette nous prend et nous conduit à San José, chez Pierre Jeune. Arrivée a 20:00, nous allons à la supérette à deux pas, où nous trouvons un distributeur qui nous permet d’obtenir nos premiers colónes et achetons 2 bières artisanales que nous dégustons sur le balcon de notre chambre savourant le début des vacances avant de nous coucher. (Pour nous il est déjà 3:00 du matin)

12 Mars: Réveil spontané tôt - il fait très beau - Bon petit déjeuner - Briefing très interessant! Même si on avait prévu le trajet, les excursions… Quelques tuyaux nous ont bien servi!
Nous récupérons cartes TCR, 4x4, achetons la carte routière du Costa Rica (utile en plus du GPS!) et partons vers Cahuita.
En chemin, beaucoup de camions et travaux vers le parc Braulio Carillo, puis descente côte Caraïbe. Le temps change, plus humide, qui explique une végétation abondante.
Déjeuner à Siquirres, quelconque.
Nous prenons un petit chemin dans les plantations de bananes pour éviter Limon. Il grimpe (nous testons le 4x4! : Parfait). Beaux paysages. Nous voyons nos premiers cassiques de Montezuma dans un arbre…
Vers 15:30, nous arrivons à l’hôtel Cabinas Iguana++ : Joli bungalow dans un magnifique jardin fleuri, nombreux animaux (oiseaux attirés par les fruits suspendus à leur attention, agoutis, grenouilles vertes et noires…)- piscine agréable…
Nous allons à pieds à la plage de sable noir et prenons notre premier bain dans la mer Caraïbe (Nous sommes surpris, elle n’est pas si chaude!).
Puis nous retournons profiter un peu de la piscine en admirant la faune et la flore du jardin.
Le soir: Magnifique dîner d’anniversaire de mariage au resto « El Rincon del Amor » +++, ceviche, excellente langouste, …, smoothies et planteur offert par le patron…Nous nous couchons tôt (vers 21:00) pour nous lever tôt. Le décalage horaire aide bien.

13 mars: Pluie tropicale nocturne . Réveil à 4:45 pour visiter le parc Cahuita. Excellent petit dej au Soda Kawe+++ juste en face du parking avant le parc.. On en profite pour commander des sandwiches pour le déjeuner. Nous comptons passer la journée dans le parc. Nous entrons dans le parc à 6:30. Il fait gris mais ne pleut pas. La promenade est très sympa. Nous sommes peu nombreux à cette heure-ci. Nous admirons un écureuil qui casse un fruit et le grignote, disparaît, revient avec un autre fruit à coque et recommence…, plusieurs aigrettes, un petit crocodile, une grenouille bleu turquoise à pois blanc dormant sur une feuille, plusieurs types de libellules, un petit groupe de singes araignées et un autre de singes hurleurs et sur les plages Bernard l’hermite et ratons laveurs. La flore aussi est digne d’intérêt. Tout au long du sentier, on a accès à des plages de sable blanc plus ou moins grandes, plus ou moins désertes, plus ou moins belles. Le temps se lève et vers 09:30, on profite d’une très agréable baignade sur une magnifique plage de Playa Blanca, véritable plage de « carte postale », bordée de cocotiers, encore déserte à cette heure-ci, eau turquoise plus chaude que la veille. Puis on reprend la balade. Celle-ci est interrompue définitivement avant la pointe puerto Vargas a environ 1/3 du parcours par le personnel du parc qui a fermé le sentier (pour des élagages?). Bref, sans être prévenus avant, on est obligé de faire Demi-tour. Le retour est plus rapide, on croise de plus en plus de monde et de moins en moins d’animaux. On se trouve quand même un coin sympa sur la plage de Playa Blanca pour pique-niquer où on est houspillé par un raton laveur qui en veut à notre déjeuner…
Finalement compte tenu du monde (le nombre de groupes de touristes augmente au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’entrée du parc ). On décidede reprendre la voiture a 12:00 pour le parc Manzanillo.
On y entre vers 12:30- Il est gratuit - il faut juste s’inscrire avec une pièce d’identité. Initialement, on suit le sentier en bord de mer, jolis paysages. Puis , pour s’éloigner du monde, on suit des sentiers a l’intérieur des terres (pour ne pas se perdre, mon mari suit notre trajet par gps sur son application de randonnée). Ça monte et ça descend tout le temps. On ne voit pas d’animaux hormis quelques oiseaux et insectes, mais la flore est superbe! Il fait très chaud et lourd (heureusement, on avait emporté une bonne réserve d’eau). Au retour, on décide de se baigner sur une petite plage avec de nombreuses piscines naturelles où l’eau a été bien réchauffée par le soleil. Très agréable!
Puis retour a l’hôtel. Détente dans la piscine.
Dîner au Restaurante Pizzeria Cahuita ++. Bonnes pizzas.
Préparation du sac pour Tortuguero puis dodo.

14 mars : Réveil 6:00 - Après une autre pluie tropicale nocturne, il fait grand beau! On décide de retourner dans le parc de Cahuita pour 2 heures avant le petit déjeuner toujours sans guide.
C’est super! On a la chance de voir beaucoup plus d’animaux que la veille des singes hurleurs, un capucin , 4 paresseux dont un avec son bébé et un autre en activité que l’on a observé 10 à 15 mn à l’aller et 10mn au retour (descendre du tronc, changer de branche et manger), un basilic, un toucan, un agouti.
En attendant la commande du petit dej au Soda Kawe, je soigne la vilaine plaie de la main du gardien de parking qui a fait une chute de vélo le matin en venant et qui avait juste mis un scotch en guise de pansement…
A 10:30 après avoir récupéré nos bagages à l’hôtel on part pour Tortuguero. Halte pour déjeuner au « Sabores de Cariari +++ » un peu au nord de Guapiles (très bon). On continue sur de petites routes. On traverse des bananeraies avec des sortes de « ponts transbordeurs pour paniers de bananes… ». On laisse le 4x4 au parking de la Pavona. On attend environ 45mn puis on monte dans le bateau vers 15:30/ 16:00. Le temps est toujours au grand beau et la lumière descendante est magnifique. Le voyage en bateau est une des attractions les moins chères du Costa Rica!…Nombreux meandres, bancs de sable, obstacles (troncs d’arbres, pierres…), animaux (échasses, aigrette, jacana, Caïmans). Très belles photos. On arrive à Tortuguero au coucher du soleil.
On dépose nos sacs à l’hôtel El Icaco (correct - En fait, on y est resté que pour dormir). Puis on rejoint Jessica qui nous propose le tour de nuit le soir même . On dîne rapidement dans un des nombreux soda de la rue principale et on y va: Nous sommes une dizaine. Jessica nous prête une lampe torche par personne. On voit 2 mammifères dans des arbres (un paresseux et un porc-epic), un basilic, une rainette aux yeux rouges, un serpent liane vert et de nombreux insectes (des fourmis processionnaires, une araignée d’or, plusieurs araignées-loup, des libellules aux ailes transparentes…). Les explications de Jessica (guide en français - « petits secrets ») sont absolument passionnantes!

15 Mars: Il pleut dans la nuit . Il pleut encore un peu à 6:00 quand on rejoint Jessica mais le tour en canoë est maintenu. C’est génial, on voit de très nombreux oiseaux! (Jacana du Mexique, Aigrette bleue, aigrette neigeuse, aigrette tricolore, héron vert, Onoré du Mexique, trogon, Martin pêcheur à ventre roux, un anhinga qui sèche ses plumes….) mais aussi un dauphin!, une loutre , un caïman, plusieurs iguanes vert, basilics et toute une série de singes araignée qui sautent de branche en branche! Au milieu de l’excursion en canoë électrique, (nous étions 4 touristes français avec Jessica et le conducteur du bateau), une ondée nous oblige à sortir les capes de pluie et à faire attention à garder jumelles et appareil photo au sec mais elle ne dure qu’un quart d’heure.
Nous finissons après 9:00. Jessica, véritable puits de science en plus d’être très sympathique, n’est pas avare d’explications! Au total, excellent début de matinée.
Petit déjeuner en ville puis on rejoint Jessica au parc à 11:00 pour une randonnée à pieds. Cette fois nous ne sommes que deux avec Jessica. Elle est vraiment passionnante autant sur la flore que sur la faune!
Des « grenouilles fraises » (ou grenouilles blue jean), un gros crabe de terre bleu, des singes araignée , un serpent liane diurne, un basilic brun, un paresseux , des fourmis processionnaires, des iguanes , des chauve-souris et des plantes plus extraordinaires les unes que les autre…
On sort vers 13:45. Après un déjeuner, on retourne à deux dans le parc jusqu’à la fermeture à 16:30. Nous sommes presque tout seul. La randonnée jusqu’au bout du parc est très agréable, mais on a vu peu d’animaux hormis une très belle buse , des crabes et de très beaux insectes.
Dîner au resto « Marisqueria + »
Dans la nuit, à nouveau grosse pluie tropicale comme toutes les nuits depuis que nous sommes sur la côte Caraïbe!

16 Mars: Départ du bateau à 5:00 en pleine nuit, les fenêtres en plastique baissées malgré l’absence de pluie résiduelle. Au lever du jour en arrivant sur la rivière, on relève les rideaux en plastique et on admire la faune aux aurores. La lumière est à nouveau splendide pour les photos à cette heure-ci! On admire de nombreux oiseaux dont des toucans, des basilics , des crocodiles…
On arrive vers 07:00 après 2 heures de traversée (plus lente qu’à l’aller: L’ouverture de la voie le matin est plus difficile: déplacement des bancs de sable et obstacles pendant l’orage de la nuit).
On reprend la voiture direction Sarapiqui où on a un RDV avec mon beau-frère qui habite Los Angeles et qui nous rejoint pour la fin du voyage. On s’arrête près de Guapiles à « El Fogon de Lola +++» pour le petit dej, très bon.
A 10:00, on retrouve le frère de mon mari que l’on n’a pas vu depuis plus d’un an. A 10:30, on commence un premier sentier dans la réserve Selva Verde. Superbe randonnée où la flore est magnifique! (Arbres, arbustes, nombreuses fleurs exotiques…dont des roses de porcelaine, des fleurs dont les 2 pétales rouges ressemblent à une bouche aux lèvres charnues…). Concernant la faune, on est tellement contents de se retrouver tous les trois et on parle trop ensemble pour avoir des chances d’en apercevoir!
Après plusieurs randonnées, on va déjeuner à la « Casita Tipica » +++ Très bon rapport Qualité -Prix.
A noter: L’hygiène est prise très au sérieux. Même si on mange dehors, gel hydro-alcoolique et distanciation sont déjà appliqués en mars 2020 dans presque tous les restaurants et soda au Costa Rica!
L’après-midi, nous effectuons un « Best Chocolate Tour » (reduction TCR). Rodolfo, nous a expliqué (en anglais) de façon ludique beaucoup de choses sur le cacaoyer dans sa plantation (Les feuilles, les fleurs, les cabosses) et sur la fabrication du chocolat à partir de la cabosse avec « dégustation » à chaque étape, que l’on effectue ensemble! (Quand la durée du processus le permet - cabossage, fermentation, séchage, torréfaction, broyage, tamisage…jusqu’à la boisson des Dieux). Très instructif, très drôle et très bon. On a passé un super moment+++ (malgré le prix élevé, on le recommande). Nous avons pu observer en plus pendant le tour, un grand pic-vert, un vol d’une dizaine d’ara et des grenouilles émeraudes et noires.
Le soir nous dînons et dormons dans un bed and breakfast (réservé sur booking) Eco-Guest House-Sarapiqui. La famille qui nous accueille est adorable. Le dîner avec les produits du jardin est très bon. Le chalet pour nous tout seul est tout en bois avec 3 chambres, un balcon ouvert sur la forêt, joli et agréable.
Le matin rendez-vous à 6:00 avec une de nos hôtes pour un bird watching tour. Il y a tellement d’oiseaux dans leur propriété ce matin là qu’en 2 heures, nous n’avons marché que 50m et avons observé plus d’une vingtaine d’oiseaux différents (Colibris, pic de Pucheran, Trogon Pattu, Toucan tocard, Toui à menton d’or, Batara rayé, tyran quiquivi, tangaras , aras verts, faucon…)avant un super petit déjeuner. Ce fut une de nos étapes coup de cœur du voyage à la fois pour la rencontre avec cette famille adorable, que pour le chalet, le tour des oiseaux, les repas, le tout pour un excellent rapport qualité-prix.
En préparant le voyage, on imaginait effectuer une descente en rafting, mais on a eu peur d’être trop vieux pour ça! Du coup, le matin vers 10:00 nous pensions aller dans le jardin de colibris de Dave and Dave (j’adore les oiseaux et la photo!…), malheureusement il était « déjà » fermé « en raison de la Covid 19 » (explication donnée par téléphone au moment de la tentative de réservation). Aussi, nous changeons nos plans et prenons la route direction de la cascade Fortuna. Belle balade (escalier en descente en sous- bois pour arriver à la cascade) quelques fleurs et insectes (papillons/ libellules). Nous sommes étonnés de voir plusieurs baigneurs dans le bassin de la cascade et dans la rivière (Nous pensions que c’était interdit!) Il y a même un « vigile » qui surveille et siffle chaque fois qu’un nageur s’approche de la chute d’eau. Il faut dire que vue la puissance du jet, il y a du y avoir des accidents graves avec noyade quasi-assurée!
A noter, il y a des sanitaires près de l’entrée du parc pour permettre de se changer.
Nous sommes déçu par le jardin des orchidées dans le parc de la cascade. (Mars ne doit pas être une bonne saison! quasiment aucune n’était en fleur…).
Déjeuner au soda « La hormiga » très bon rapport qualité-prix.
On s’installe à l’hôtel Arenal Oasis+++, dans deux jolis chalets en bois (un par chambre)- Bon rapport qualité prix, puis on se promène dans « le jardin de Colibris » très beaux papillons et colibris butinant le nectar des fleurs dont ils sont friands.
Puis on fait un grand tour dans le parc arboré de l’hôtel, ( on y voit un grand Hocco femelle, un tohi à bec orange, un autre passereau, un merle des montagne et un basilic brun). Le soir, on fait le night tour avec un guide. On observe de très nombreuses grenouilles différentes (en particulier très nombreuses rainettes aux yeux rouges, tree frog, grenouilles taureau…), un petit amas d’œufs de grenouille déposé sur une feuille, quelques insectes et un serpent fer de lance! Avec de nombreuses explications en anglais. On dîne dans l’hôtel. + (correct). Au total: très bonne étape.

18 Mars. Au réveil, très mauvaise nouvelle, j’apprends que le « plan blanc » a été déclenché en France et que je dois rentrer dès que possible. On se connecte sur le site Air France: aucune réservation possible sur le site avant notre vol de retour. On appelle Air France: répondeur . Ils ne sont pas joignables. On appelle l’ambassade de France au Costa Rica : Répondeur qui informe que pour le retour des voyageurs en France, ils ne sont pas compétents et que l’on doit s’adresser directement aux compagnies aériennes. Nous appelons alors l’assistance TCR et on obtient alors les bons renseignements : tout est saturé suite à la déclaration télévisée d’Emmanuel Macron lundi 16 mars au soir. Le seul moyen de pouvoir rentrer plus tôt est d’aller directement à l’aéroport d’Alajuela, de se faire enregistrer sur une liste établie par Air France. Air France complète ses avions pour rentrer sur Paris, mais il n’y a que peu d’élus par vol. On contacte l’aéroport. On apprend que le comptoir d’Air France est fermé! Et qu’il n’ouvre que 3 heures avant le départ de l’avion de leur compagnie…
Le prochain vol est le lendemain soir. On décide alors de profiter au mieux des 30 heures restantes!
On profite d’un bon petit déjeuner dans la salle à manger ouverte sur un coin du parc où des animaux sont attirés par les fruits déposés par l’hôtel à leur attention… C’est super! On suit les manœuvres de plusieurs écureuils, les chamailleries d’un couple de grands hocco, les tentatives d’approche d’un coati et de plusieurs oiseaux.
On repasse une demi-heure dans le jardin des colibris où je fais quelques jolies photos. Ces différents manèges d’animaux finissent par me faire reléguer la mauvaise nouvelle en arrière-plan.
Nous reprenons le tour prévu initialement. Nous nous rendons à l’Arenal Observatory Lodge pour y passer la journée en promenade, baignade et déjeuner (30$/pers) Nous parcourons quasiment tous les sentiers du parc dont celui qui fait 7 ou 8 km . Les garçons montent sur les 2 tours d’observation (pour ma part, sujette au vertige, je les évite et me contente de regarder leurs photos. Je suis déjà fière d’avoir réussi à traverser les ponts suspendus…) On admire le lac Arenal, le volcan sous plusieurs versants (même si le sommet ne s’est jamais totalement découvert), une petite cascade, de beaux jardins fleuris, plusieurs ponts suspendus, des arbres que je ne connaissais pas dont l’écorce s’effrite en donnant au tronc un aspect de « treillis de camouflage »! (Kaki, roux, brun, marron)… Concernant la faune, nous avons eu moins de chance: quelques oiseaux (dont un colibri ermite vert que je n’avais pas encore vu ) un serpent (saumon et kaki) à tête triangulaire que je n’ai pas réussi à identifier et de nombreux coatis qui peuplent les jardins paysagers. Nous nous rabattons ensuite sur la piscine avec vue sur le volcan presque découvert mais l’eau est très fraîche. Nous y sommes tout seuls et profitons aussi du jacuzzi adjacent dont l’eau est bien chaude.
Nous allons déjeuner vers 13:45. Nous profitons de la terrasse panoramique pour observer encore le volcan, les vols d’oropendola, le lac Arenal…
Le déjeuner de la formule « visite à la journée » est correct. Après le café, quand nous expliquons que nous partons, le serveur nous apporte toute une série de gâteaux en doggy bag en nous expliquant qu’il y avait un goûter compris dans la formule!
Après la grande demi-journée passée à l’ Arenal Observatory Lodge, nous allons nous délasser dans les piscines chaudes du volcano Lodge (Nous avons eu 40% de reduction booking sur la chambre de luxe avec jacuzzi d’eau thermale dans le jardin privé de la chambre! Autre Coup de cœur du voyage).
Les jacuzzis communs aux clients de l’hôtel sont très agréables! Je ne sais pas si c’est déjà en rapport avec le SARS Cov 2 mais nous ne sommes qu’une dizaine de personnes dans les jacuzzis disposés un peu comme des pétales de fleurs dans un jardin arboré. Nous pouvons nous isoler à 3 facilement dans un des pétales et profiter chacun des multiples jets. La présence du bar nous incite à commander un cocktail chacun, à déguster dans la piscine!… Petit plus: c’était « happy hours » et nous avons eu un cocktail offert pour un acheté. Décompression totale. Pur moment de pura vida!
Le soir, en entendant des chants de grenouilles, nous faisons un petit tour dans le parc à la lueur de lampes torches. Nous ne découvrons qu’une vingtaine de grenouilles taureau réparties dans la partie basse du jardin.
En allant boire notre « cocktail de bienvenue » au bar de l’accueil, nous entendons qu’en raison de la pandémie certains parcs du Costa Rica vont fermer leur porte. Nous demandons à l’accueil s’ils peuvent se renseigner pour nous. Après un coup de téléphone, ils nous confirment que le parc du Rio Céleste sera toujours ouvert le lendemain.
Initialement, nous avions prévu de profiter des piscines de l’hôtel le lendemain matin, de faire la route l’après-midi jusque vers l’entrée du parc et visiter le parc du volcan Tenorio le surlendemain matin. Mon beau-frère étant au Costa Rica depuis seulement 2 jours, on décide de chambouler complètement nos plans. On prévoit donc de quitter l’hôtel le lendemain matin à 5:45. La réception nous propose de nous faire un pique-nique à emporter pour le petit déjeuner qui est compris dans le prix de la chambre. Il sera prêt à l’accueil pour 6:45.
Nous dînons à l’hôtel pour plus de facilité. Le repas est très bon mais franchement très cher! (S’il y a une prochaine fois, on sortira de l’hôtel!)
Avant de nous coucher, on profite de notre jacuzzi perso. C’est agréable même lorsque la pluie se met à tomber… bon, on rentre rapidement lorsqu’elle se transforme en pluie tropicale.
On ne dort pas très bien malgré le confort de l’hôtel. (L’incertitude des conditions de retour …).

19 Mars : Vers 5:00 le ciel est chargé, il continue à pleuvoir mais une pluie fine. Malgré cela, on profite 20 à 25 mn de notre jacuzzi tout chaud en pleine nature. Même sous la pluie c’est amusant, pura vida!
A 6:45, on récupère les paniers pique-nique et on quite l’hôtel direction le parc du volcan Tenorio. Petite inquiétude compte tenue de la grosse pluie hier soir: le Rio Céleste sera-t’il bleu ou brun?
Par la suite, erreur de trajet (Le stress?). On se retrouve sur une route non goudronnée qui grimpe. Heureusement que nous avons un 4x4! Finalement, on traverse le Rio céleste avant l’entrée du parc: Il est bleu!
On se gare au parking. On mange les gâteaux de (cake au gingembre, cake à la banane…) de l’Arenal Observatory Lodge en guise de petit déjeuner et on entre dans le parc vers 8:45. Le ciel est gris mais il ne pleut pas. Il y a déjà pas mal de monde et on ne voit pas d’animaux. En revanche, la balade est très sympa. On commence par monter vers la source de la couleur bleue où un panneau explique le rôle du silicate d’aluminium, du gradient de pH, les particules d’un blanc laiteux absorbent toutes les couleurs sauf le bleu… La couleur turquoise est effectivement assez fantastique. On longe le Rio céleste un bon moment. Puis on prend le sentier qui descend pour admirer la cascade. Cette couleur est vraiment fascinante. On en prend plein les yeux!
On retourne au parking vers 11:30. On pique-nique avec notre petit dej, puis on file sur l’aéroport d’Alajuela. Comme annoncé auparavant la permanence d’Air France est fermée. De nombreux français (plus d’une centaine) entassés « campent » avec leurs bagages devant les futurs guichets d’Air France. Au guichet d’information, on apprend par un agent manifestement agacé par la situation, que le personnel d’Air France ne sera présent qu’à partir de 18:00 pour procéder a l’embarquement du vol du soir. La succursale d’Air France de San José ne répond pas au téléphone. Il est encore tôt dans l’après-midi. On décide de s’y rendre. On trouve porte close un jeudi vers 16:00 avec le numéro d’un call center. Mon beau-frère ayant un forfait de téléphone avec appel à l’étranger illimité, on appelle le call center. Après 40 mn de répondeur, on déclare forfait en retournant à l’aéroport. On apprendra quelques jours plus tard par un français que pour avoir une réponse du call center sa famille antillaise s’est relayée jour et nuit au téléphone pendant 36h!!!
On arrive vers 17:30 à l’aéroport et on commence à faire la queue devant un comptoir Air France encore fermé. On ne comprend pas à ce moment qu’il y aura une queue pour procéder à l’enregistrement du vol du soir et une autre un peu plus loin pour procéder à l’inscription sur les listes… Nous sommes très nombreux dans ce cas. Une heure 30 plus tard, nous apprenons que nous devons refaire la queue dans la file plus loin. Naïvement je pense qu’étant personnel médical hospitalier, je serai prioritaire pour embarquer compte tenu du « plan blanc ». Grave erreur! Air France nous annonce que la seule priorité qui compte est l’ordre d’inscription sur la liste. Je suis 181 eme et mon mari 182. A raison d’une dizaine de places disponibles par vol, je n’ai aucune chance de prendre un avion avant celui pour lequel j’ai un billet (soit dans 9 jours)…
Fort de cette affirmation, on décide de reprendre notre voyage, on s’éloigne de l’aéroport direction Quepos (étape prévue initialement après le volcan Tenorio)et on s’arrête quelques km plus loin dans un petit hôtel sympa proche de la grande route. Il est tard, leur restaurant est fermé mais la patronne très gentille nous fait servir de quoi manger un morceau, avant d’aller nous coucher.

20 Mars: Après le petit déjeuner nous décidons de nous délasser avec quelques longueurs de piscine avant de reprendre la route vers Quepos. Nous apprenons que l’hôtel que nous avions réservé à Drake Bay ferme ses portes ainsi que le parc Corcovado. Un échange avec Estelle (guide « petits secrets » pour Manuel Antonio) nous apprend que le parc MA est toujours ouvert.
Nous continuons donc et nous nous arrêtons sur le pont de Tarcoles pour admirer les crocodiles. Pour ne pas risquer de se faire voler, l’un de nous reste dans la voiture. On fait un roulement. Ces sauriens sont plus impressionnants que les caimans observés à Tortuguero.
Nous arrivons à Quepos vers 12:30. On dejeune à la Cocina +++ (très bon rapport qualité prix)
Puis on dépose nos affaires à l’hôtel Coravida (Booking avec promo). Déception concernant l’état de propreté des chambres et le parc environnant. Plusieurs arbres morts. Piscine toute petite. Promiscuité avec d’autres clients de l’hôtel très bruyants.
On décide d’aller se baigner dans le Pacifique. On part à la plage près de Manuel Antonio et là surprise ! On apprend que le parc vient de fermer ses portes et on voit la police de l’immigration fermer la plage avec des bandes jaunes… Zut, privés de parc demain et même privés de plage dès aujourd’hui !
C’est là qu’on se souvient du briefing et d’une jolie plage sympa éloignée de Manuel Antonio, accessible après 10mn de marche: Biesanz beach. On vérifie sur la carte routière. Vu le sens de fermeture par la police, on fonce! On trouve facilement le sentier pour la plage en se fiant aux voitures arrêtées. On n’hésite pas et là on savoure avec délices ce plaisir de la baignade dans l’océan pacifique en sachant qu’elle sera de courte durée! En fait, nous avons profité de ce plaisir pendant une bonne heure avant de nous faire déloger à notre tour gentiment mais fermement par la police d’immigration.
Nous rentrons à l’hôtel ravis d’avoir pu grappiller une heure de délices sur l’installation des mesures sanitaires.
Ayant entendu « des bruits » comme quoi le dernier avion prévu pour Paris serait celui du 23 Mars, on vérifie sur le site Air France que notre avion du 28 Mars est toujours programmé. On apprend à cette occasion qu’il est avancé au 27 03. Bon, ce n’est pas plus mal. On fait quelques longueurs dans la piscine puis on profite d’un ballet de singes écureuil qui se déroule dans les arbres devant la terrasse. C’est superbe! Ils sont tout mignons et d’une agilité surprenante! Ils sont rejoints par un singe capucin qui ajoute ses facéties aux leurs. C’est un spectacle fascinant jusqu’au coucher du soleil.
On marche alors vers le centre ville pour dîner. Plusieurs resto sont fermés. Finalement, on choisit d’aller au restaurant du Best Western et là surprise: Il s’agit d’ un restaurant gastronomique. La cuisine y est excellente et le prix correct en regard de ce qu’on déguste! +++Pour notre dernier soir à Quepos, on se lâche et on profite. Pura Vida!
Sur le chemin du retour on entre dans une agence de tourisme encore ouverte alors qu’il est presque 21:00 et on choisit de faire un tour dans la mangrove pour le lendemain matin. Pas de réservation mais on doit être à l’agence 15 mn avant le départ du tour.
Pendant la nuit, mon mari dort mal et à 3:00 du matin il décide d’aller à nouveau sur le site d’Air France et là le choc: Air France a tout simplement annulé notre vol de retour sans aucun pré avis, ni aucun message. Il me réveille et on décide alors d’annuler la sortie dans la mangrove et de filer le plus tôt possible à l’aéroport.
Nous prenons notre petit dej dans une atmosphère de début de confinement dans un soda du marché où toutes les échoppes sont fermées. Deux aras rouges viennent nous saluer en passant juste au dessus de nos têtes.
Puis nous prenons la voiture. On ne s’arrête pas à Tarcoles pour le retour. On arrive à l’aéroport entre 11:30 et 12:00,pas d’évolution concernant Air France le bureau est toujours fermé et aucun personnel accessible. En revanche des panneaux de précautions sanitaires sont installés avec des règles de distanciation de 1.5m impossibles à respecter par cette foule rappelant les quais de RER à 18:00!
Le prochain avion pour Paris étant le soir on prévoit de revenir à 17:00. On appelle l’équipe de TCR qui nous conseille de se trouver un endroit sympa proche de l’aéroport pour pouvoir s’y confiner en cas de besoin. Nous allons donc chez Pierre détente. Margarita est adorable, comprend très bien la situation d’incertitude quant à un possible départ proche ou à un séjour prolongé en possible confinement. Elle nous installe dans 2 charmantes chambres. Nous sommes rassurés. Si notre séjour doit se prolonger un certain temps y compris en confinement. Au moins les conditions seront agréables. (Jolis bungalows, grand parc, piscine, espace commun très convivial, de plus Margarita est particulièrement sympathique).
Nous avons appris ce matin que nous devions nous enregistrer auprès de l’ambassade de France. C’est ce que nous faisons. Lors d’un appel à l’ambassade, nous avons enfin un correspondant en chair et en os, charmante qui prend nos coordonnées et nous indique que les rapatriements vont être organisés avec une priorité pour les personnes de santé fragile, le personnel soignant et les familles avec enfants mais que dans un premier temps pour des mesures sanitaires il ne faut pas aller à l’aéroport sans titre de transport pour le jour même. C’est le bon sens. Mais compte tenu du fait que je doive rentrer le plus tôt possible pour rejoindre mon équipe en plan blanc, si elle donne le même message à tout le monde j’ai une chance de partir le soir même. Avec une certaine prémonition on prépare les valises afin que mon mari garde tout ce dont il a besoin et que je prenne avec moi mes affaires et ce qui lui sera complètement inutile. Honnêtement, je préférerais nettement rester quelques jours de plus maintenant qu’on a trouvé un havre de paix mais je joue le jeu.
Mon beau-frère trouve un vol pour Los Angeles le lendemain (c’est manifestement moins compliqué, mais uniquement pour les résidents américains, il semblerait qu’en passant par les USA, en tant que résidants français on risque de se retrouver en quarantaine ? Bref, en l’absence d’informations fiables, on ne prend pas le risque). C’est lui qui rendra la voiture.
Le soir, après l’enregistrement de tous les passagers prévus il reste 10 places. Et là, lecture des noms, la 9eme place est prise par un passager autour du numéro 150. Je sens que je vais partir. Et oui, personne n’est présent avant le numéro 181, tout s’enchaîne à très grande vitesse l’avion décolle dans moins de 15mn! Pas le temps de réaliser. Ma valise est enregistrée, je passe les contrôles de sécurité en un temps record. A peine le temps de passer aux toilettes que je suis appelée personnellement à embarquer…

Mon beau-frère a pu prendre un avion pour Los Angeles le lendemain matin.

Air France ayant finalement affrété un gros porteur pour le retour du 23 Mars, mon mari a pu embarquer facilement ce soir là après avoir passé 48h agréables à la Villa Margarita, discuté sur un blog mis en place par un voyageur français, et vu avec l’équipe de TCR comment rendre exceptionnellement la voiture « au dernier moment » compte tenu des circonstances, ne sachant pas s’il allait ou non pouvoir prendre l’avion. S’il partait, il avait bien vu que dans mon cas il n’y aurait absolument pas eu le temps de redescendre à la voiture s’occuper de déposer clés et papiers quelque part…

Malgré le stress et les difficultés rencontrées en fin de voyage en raison du SARS COV2, nous sommes revenus avec pleins de belles images et de merveilleuses sensations.

MERCI ÉNORMÉMENT à l’équipe de TCR pour tous ses précieux conseils, son soutien et sa présence indéfectible au moment où on se sentait lâchés par Air France, l’ambassade….Grâce à elle, on ne se sentait pas perdus et isolés.
Merci encore à Margarita pour la générosité de son accueil, sa gentillesse et sa bonne humeur.

Ce compte-rendu est bien long!

Autant, je souhaitais partager les bons plans ainsi que ceux plutôt à éviter, autant je tenais à expliquer les circonstances de fin de voyage assez exceptionnelles pour que personne n’ait l’idée saugrenue d’organiser son voyage de cette façon là! Les quatre derniers jours s’apparentent plus à une course contre la fatalité… mais dans ces circonstances, non seulement  je ne regrette rien, mais j’en garde un excellent souvenir. Une balise qui me pousse à retourner là-bas…
Il n’y a plus qu’à envisager un nouveau voyage  au Costa Rica avec l’appui de Pierre et de son équipe…
Excellentes fêtes de fin d’année, bonne santé et bon voyage à tous,

Pura Vida!

Vues : 469

Commenter

Vous devez être membre de Tout Costa Rica BLOG pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Tout Costa Rica BLOG

Devis en ligne gratuit et sans surprise !

GPS, 2nd conducteur, kilométrage illimité, assistance 24h/24h et assurance tous risques avec franchise OFFERTS !

Découvrez le livre de Pierre !

Discussion Forum ToutCostaRica

© 2022   Créé par ToutCostaRica.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation